1 min de lecture Économie

Confinement : "Les bailleurs ne jouent pas le jeu", dit un patron de salles de sport

INVITÉ RTL - Le loyer est le premier poste de dépenses des salles de sports, assure Arthur Benzaquen, le patron du Club Med Gym. La réouverture après le confinement sera délicate.

Pacaud 245x300 RTL Petit Matin Week-end Christophe Pacaud
>
Confinement : "les bailleurs ne jouent pas le jeu", assure un patron de salles de sport Crédit Image : iStock | Crédit Média : Stéphane Carpentier | Durée : | Date : La page de l'émission
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier édité par Nicolas Scheffer

Après cinq semaines de confinement parcourues par l'envie de cuisiner, le déconfinement nécessitera de passer par la salle de sport. Aujourd'hui, elles sont toutes fermées et pâtissent d'un chiffre d'affaire nul.

"On a arrêté les prélèvements de nos clients dès le 15 mars. Ceux qui ont payé en amont auront un abonnement plus long que prévu et pour ceux qui sont en prélèvement mensuel, nous avons stoppé les prélèvements", explique Arthur Benzaquen, le président de Ken Group, le leader des salles de sport avec notamment le Club Med Gym.

Dans son groupe, la majorité de ses employés ont été placés en chômage partiel. "On a quand même les services techniques, comme la paie, qui travaillent. Nous avons aussi des coach qui travaillent puisqu'on a mis à disposition des cours en live sur les réseaux sociaux", poursuit le dirigeant. Mais les charges les plus importantes sont les loyers, qui représentent le plus gros poste de dépenses

Le 11 mai, "on préfère ne pas essuyer les plâtres"

"Les bailleurs privés ne jouent pas le jeu. On a reçu des lettres de menaces parce qu'on n'a pas payé le loyer d'avril. Bercy a mis en place une médiation. C'est la première fois que toutes les fédérations de commerçants sont d'accord pour dire que ce n'est pas tenable", assure-t-il. 

À lire aussi
Le commissaire européen français Pierre Moscovici économie
Pierre Moscovici nommé à la tête de la Cour des comptes

Aucune date de réouverture n'est avancée. "Le 11 mai, ce sera un laboratoire à grande échelle. On préfère ne pas essuyer les plâtres et regarder comment se comporte le virus", dit-il. Dans un premier temps, une des dispositions sera de limiter le nombre de clients et peut-être d'utiliser des masques adaptés au sport. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Invité du jour Sport
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants