1 min de lecture Santé

VIDÉO - Santé : comment expliquer la pénurie de cortisone ?

L'Agence du Médicament a demandé aux médecins de réduire les prescriptions afin de préserver les stocks de cet anti-inflammatoire utilisé dans le traitement des maladies rhumatologiques ou des allergies.

>
Santé : comment expliquer la pénurie de cortisone ? Crédit Image : M6 | Crédit Média : M6/Aurélien Romano/Audrey Vuetaz/Sibylle Delaitre | Date :
Logo de la chaîne M6
La rédaction de M6 Journalistes M6

Et si la France était en pénurie de cortisone ? Dans les pharmacies, les stocks de cet anti-inflammatoire utilisé dans le traitement des maladies rhumatologiques ou des allergies, fondent. La situation préoccupent les officines et les professionnels. 

Sa commande, cette infirmière libérale parisienne l'attendait depuis le 9 avril. Quelques boites de cortisone, indispensables pour ses patients, devenues presque impossibles à trouver. "Aujourd'hui, j'ai ma dernière boite de cinq (comprimés), et je n'ai plus de boîte de 20", constate Yorick Berger, pharmacien dans le XIIIe. "C'est inquiétant pour le bon suivi du patient". 

Car un peu partout, le réapprovisionnement se fait au compte-goutte. Les pharmaciens aussi doivent jongler entre leur stock et les prescriptions des médecins. "On se retrouve avec des problèmes d'observance terribles", abonde Stéphane Pichon, un pharmacien marseillais. 

Ces médicaments sont pourtant des incontournables, utilisés contre la douleur, les inflammations mais aussi en cas d'asthme ou pour contrer les effets indésirables de la chimiothérapie. Face à la pénurie, ce rhumatologue a donc lancé un cri d'alarme envoyé directement à la ministre de la santé. 

À lire aussi
Un bébé atteint par la bronchiolite soigné par un kinésithérapeute épidémie
Bronchiolite : une épidémie frappe toute la France

"Il se trouve que la prednisone (ndlr : la cortisone) ne coûte quasiment rien. Ce sont quelques euros une boite. Est-ce que cette difficulté d'approvisionnement serait liée au fait que, la rentabilité n'étant pas au rendez-vous, il n'y a pas d'enthousiasme débordant (...) pour qu'on alimente ce type de médicaments. Ce n'est pas impossible", explique Pr Francis Berenbaum. 

Pour endiguer la crise, l'agence nationale de sécurité du médicament a convoqué les laboratoires fabricants le 9 mai dernier. Le retour à la normale est prévu d'ici la fin du mois de juin. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé M6info Le 12.45
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants