1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Passe sanitaire dans les hôpitaux : comment cela va-t-il se passer ?
2 min de lecture

Passe sanitaire dans les hôpitaux : comment cela va-t-il se passer ?

INVITÉ RTL - Alors que le Conseil constitutionnel a rendu son avis concernant le projet de loi sanitaire, Frédéric Valletoux, le président de la Fédération hospitalière de France, est revenu sur la manière dont le passe sanitaire va être appliqué dans les hôpitaux.

Les urgences à l'hôpital (illustration)
Les urgences à l'hôpital (illustration)
Crédit : FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Passe sanitaire dans les hôpitaux : Frédéric Valletoux fait le point
04:39
Passe sanitaire dans les hôpitaux : Frédéric Valletoux fait le point
04:39
Christophe Pacaud - édité par Quentin Marchal

Le Conseil constitutionnel a rendu son avis concernant le projet de loi comprenant l'extension du passe sanitaire, qui elle a été validée dans son ensemble. Frédéric Valletoux, le président de la Fédération hospitalière de France (FHF), est revenu sur ses contours et notamment son application dans les établissements de santé, au micro de RTL Soir.

L'institution a validé l'obligation du passe sanitaire pour les visiteurs ou les patients non urgents dans les établissements de santé et maisons de retraite tant que ce dernier ne fait pas "obstacle à l'accès aux soins". 

Frédéric Valletoux s'est réjoui que "les Sages reconnaissent un principe que l'on défendait, à savoir que l'hôpital ne soit pas exclu dès la mise en place du passe sanitaire". "Cela va être aux hospitaliers de s'organiser, cela ne va pas être simple [...] mais on le fera en mettant en place des contrôles et des SAS aux entrées des établissements", explique le président de la FHF.

Concernant les patients en fin de vie, celui qui est également le maire de Fontainebleau a également affirmé que "les visites des proches se feront à la libre appréciation des équipes soignantes et en fonction de l'état et la pathologie du patient. C'est à eux de dire s'il y a besoin d'un accompagnement". "Bien sûr que la responsabilité va peser sur leurs épaules mais ce sont aussi leur mission et leur formation qui font qu'ils ont tous les jours des décisions à prendre", a-t-il estimé.

Des mesures administratives contre les soignants non-vaccinés

Autre point important du projet de loi, le Conseil constitutionnel a validé la vaccination obligatoire des soignants, au moment où certains d'entre eux se sont mis en grève. Frédéric Valletoux se montre prudent et veut "voir où on en sera le 15 septembre", date à laquelle ceux qui ne seront pas vaccinés ne pourront plus travailler.

À lire aussi

"La vaccination avance aussi bien dans les hôpitaux que dans les Ehpad. Tous les jours, il y a plus de soignants qui se font vacciner pour répondre à cette obligation vaccinale qui s'impose à eux", a-t-il souligné en précisant qu"'il y aura inévitablement des irréductibles parmi le million de personnes qui travaillent à l'hôpital". "Des mesures administratives, qui seront je l'espère le plus marginal possible, seront mises en œuvre", a-t-il conclu.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/