1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : non, prendre l'avion vacciné n'augmente pas le risque de thrombose
2 min de lecture

Coronavirus : non, prendre l'avion vacciné n'augmente pas le risque de thrombose

FACT CHECKING - Les cas de thromboses possibles en avion ne sont pas de même nature que les très rares thromboses détectées après des vaccins contre la Covid-19.

L'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle (illustration)
L'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle (illustration)
Crédit : IAN LANGSDON / POOL / AFP
Coronavirus : non, prendre l'avion vacciné n'augmente pas le risque de thrombose
02:32
Coronavirus : bientôt des chiens renifleurs pour détecter le virus ?
02:44
Coronavirus : non, prendre l'avion vacciné n'augmente pas le risque de thrombose
02:32
Coronavirus : bientôt des chiens renifleurs pour détecter le virus ?
02:44
micro générique
Jean-Mathieu Pernin

C’est ce qu’on appelle une intox remix. Un remix, en matière de chanson, c’est quand vous prenez un tube et que vous l’adaptez à votre manière afin que cette chanson ancienne paraisse moderne. Ainsi, on retrouve cette fausse information devenue virale sur Facebook qui prétend que "des compagnies aériennes envisagent maintenant d’interdire les personnes vaccinées en raison de caillots sanguins et de risques pour la santé en vol". 

Interrogée par l'AFP, une porte-parole de l'Association internationale du transport aérien (IATA) indique qu'elle "n'a pas connaissance" du fait que certaines compagnies songent à refuser l'accès à bord à des passagers vaccinés en raison de risques de caillots.  L'IATA estime que les vaccins "ne devraient pas être obligatoires pour les voyageurs, mais que les passagers vaccinés devraient être autorisés à franchir les frontières sans avoir besoin de tests ou de quarantaine".

Donc non, les compagnies aériennes n’interdiront pas les vaccinés de monter à bord, il s’agît en fait d’une mauvaise interprétation de cas de thrombose et d'une confusion qui vient de la situation épidémique française.

Une comparaison d'Olivier Véran

Le 22 avril dernier, lors d’une conférence de presse, le ministre de la santé vole au secours de l’AstraZeneca, accusé de provoquer thrombose sur thrombose, un caillot se formant dans une veine ou une artère. Olivier Véran donne alors cette comparaison : "si vous prenez l'avion pour traverser l'Atlantique, vous avez un risque également de faire des thromboses parce que vous allez être moins mobiles, et ce risque (…) il est 50 fois plus élevé que si vous vous faites vacciner avec AstraZeneca. Cela permet quand même, je crois, de relativiser les choses".

À lire aussi

Le souci avec cette comparaison, c’est qu’elle embrouille plus qu’elle n’éclaire puisque les thromboses provoquées par le vaccin, très rares (30 cas sur près de 4 millions d’injections), sont différentes de celles provoquées par un long voyage dans les airs. Les thromboses survenant après un trajet en avion ne sont pas induites par les mêmes mécanismes biologiques que celles liées au vaccin. Elles touchent davantage les membres inférieurs alors que celles provoqués par le vaccin AstraZeneca sont majoritairement digestives ou cérébrales.
Olivier Véran dit que des cas de thrombose existent en avion, il y a des cas rarissimes lors des injections de vaccins donc prendre l’avion vacciné accentue le phénomène... La mécanique de la fausse information est simple mais ne tient pas scientifiquement. L’avion et le vaccin font l’objet de nombreuses fausses informations, si la chanson est mauvaise à la base, même un remix ne la sauve pas.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/