2 min de lecture Santé

Michel Cymes se penche sur les neurones de la douleur

Une expérience réalisée par des chercheurs de Stanford sur des souris pourrait bien changer le traitement de la douleur sur l'homme.

CYMES_245300 Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Michel Cymes se penche sur les neurones de la douleur Crédit Image : iStock / Remains | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes édité par Quentin Marchal

Une promesse pour le confort des patients. Les travaux récemment publiés par la prestigieuse revue "Science", concernant le traitement de la douleur, pourraient bien changer la vie de nombreux malades tant l'expérience menée par les chercheurs de Stanford est riche de détails. 

Ce qu’il faut bien comprendre avec la douleur, c'est qu'il il y a deux choses : une dimension sensorielle et une dimension émotionnelle. La dimension sensorielle, c’est quand vous vous ressentez la douleur, c’est physique tandis que la dimension émotionnelle est quand vous trouvez ça désagréable c’est dans la tête.

Les chercheurs américains de Stanford ont identifié les neurones qui s’activaient pour exprimer le côté désagréable de la douleur et qui sont situés du côté de l’amygdale. Pour leur expérience, ils ont réquisitionné des souris qu'ils ont lâché sur une piste où il y avait 3 secteurs. Elles avaient la possibilité de marcher sur une surface froide, sur une surface chaude et sur une surface à température moyenne. Le froid et le chaud étant désagréables, toutes les souris se bousculaient sur la surface à température moyenne, idéales pour elles. 

À lire aussi
La cigarette est toujours à l'origine d'un décès sur huit en France santé
Journée sans tabac : patchs, thérapies, applis... Les conseils pour arrêter de fumer

Les chercheurs sont ensuite passés à la phase 2 de l’opération. Ils ont inactivé les neurones responsables de la sensation négative associée à la douleur et les souris qui marchaient sur le chaud ou le froid ne cherchaient plus à rejoindre la surface à température idéale.

Cette expérience bientôt testée sur l'Homme?

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que les souris ressentaient encore la douleur puisque qu’elles réagissaient physiquement mais qu'elle n’avait pas l’air de les gêner plus que ça. C’est là que ça devient intéressant pour l’Homme. Nous avons tout un tas de fonctions en commun avec la souris et à partir de là, rien n’interdit d’imaginer une approche thérapeutique qui ciblerait ces fameux neurones impliqués dans la conscience de la douleur. 

Ça permettrait d’atténuer voire d’annihiler les désagréments qu’endurent les patients qui souffrent de douleurs chroniques et que l’on traite à coups d’opioïdes. Ces substances induisent souvent une dépendance et ont des effets secondaires qui vont du vomissement à la sudation en passant par les nausées et la constipation. 

Cela reste une piste mais il n’y a encore rien de concret. Il reste ensuite à fouiller les choses, à avoir de nouvelles intuitions, à faire des essais, sur les souris, puis sur l’Homme et un jour, cela aboutit ou non. En tout cas, cette découverte ne manque pas de susciter de l’espoir à de nombreux patients

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Maladie Experiences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797416653
Michel Cymes se penche sur les neurones de la douleur
Michel Cymes se penche sur les neurones de la douleur
Une expérience réalisée par des chercheurs de Stanford sur des souris pourrait bien changer le traitement de la douleur sur l'homme.
https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/michel-cymes-se-penche-sur-les-neurones-de-la-douleur-7797416653
2019-04-26 09:05:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/r8qcZKC4z8nawk0iDasGjg/330v220-2/online/image/2017/0119/7786828230_la-douleur-ressentie-au-niveau-de-la-poitrine-peut-avoir-differentes-causes.jpg