2 min de lecture Avions

Michel Cymes : pourquoi est-on plus agressif en avion ?

Michel Cymes nous explique l'agressivité en altitude : des chercheurs ont noté que les conflits sont quatre fois plus nombreux lorsqu'il y a une première classe dans un avion.

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Pourquoi est-on plus agressif en altitude ? Crédit Image : AFP / THOMAS SAMSON | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes édité par Florise Vaubien

Ce matin, je me penche sur quelque chose d’un peu particulier : l’agressivité à 10.000 mètres d’altitude. Je suis médecin, censé vous délivrer quotidiennement des conseils pour que vous preniez soin de vous. Et je me suis dit qu’à partir de là, tout ce qui peut contribuer à faire de vous quelqu’un de zen, une personne heureuse de vivre, une femme ou un homme sans stress, est bon à prendre. 

Je vais donc m’intéresser à ce qui se passe dans les avions où il semble qu’il y ait, comment dire, "un micro-climat" propice au déclenchement des conflits et aux manifestations d’agressivité. En plus, pour tout vous dire, l‘étude à laquelle je me réfère m’a fait marrer quand je suis tombé dessus. C’est une étude réalisée par des chercheurs canadiens. Ils se sont penchés sur l’agressivité qui semble s’exprimer plus facilement dans les avions qu’ailleurs. 

Premier enseignement : les conflits en altitude sont quatre fois plus nombreux quand il y a une première classe dans l’avion. Deuxième enseignement : les comportements agressifs sont plus fréquents en première classe qu’en classe éco. Troisième enseignement, là vous allez rire mais c’est vrai : lorsque l’équipage fait embarquer l’ensemble des passagers par l’avant, les passagers de la classe économique passent devant les sièges de première et le nombre d’incidents est deux fois plus important en classe éco et, accrochez-vous, je ne blague pas, 12 fois plus important en première classe.

Pourquoi de tels comportements ?

Mais là où ça rigole, c’est quand on spécule pour trouver des explications à ces chiffres. Rien n’est certain, mais les chercheurs ont quelques pistes. Sur les incidents plus nombreux en première classe, on peut imaginer que les passagers de première sont plus exigeants que ceux de classe éco. Après tout, ils paient plus cher et sont habitués à un traitement particulier. On peut même imaginer que leur vie est ainsi faite : il leur suffit de désirer pour avoir, ce qui peut conduire à se montrer impatient voire capricieux. 

À lire aussi
Un avion de tourisme (illustration) États-Unis
États-Unis : collision mortelle entre deux avions de tourisme avec 8 personnes à bord

On peut même aller plus loin et suggérer qu’en première classe, on trouve plutôt des décideurs habitués à tout maîtriser et que quand on est dans un avion, on ne maîtrise rien, ce qui peut rendre un tantinet nerveux.

Mais pourquoi 12 fois plus d'incidents ? Cela veut-il dire que les passagers de première ne supportent pas d’avoir des passagers de seconde dans leur champ de vision, d’affronter leur regard, ne serait-ce que le temps de leur passage pour rejoindre leur siège avant le décollage ? Mystère… 

En classe éco, c’est deux fois plus d'incidents enregistrés. Moins spectaculaire mais quand même. Est-ce à dire que les passagers de seconde sont plus irascibles dès lors qu’ils passent par la première classe, en apprécient le confort, en évaluent l’espace pour, in fine, ne pouvoir jouir ni de l’un ni de l’autre ? Là encore, mystère… 

En attendant, une chose est sûre : pour la paix et la sécurité de tous, en avion, vous évitez l’alcool car l’altitude en décuple ses effets.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Avions Agression Conflit
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants