2 min de lecture Cancer

Michel Cymes : où en sont les vaccins contre le cancer ?

La prise en charge de patients atteints de Covid-19 occasionne un report de soins pour les autres, notamment ceux qui souffrent de cancer, qui reste la première cause de mortalité prématurée en France.

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Michel Cymes : où en sont les vaccins contre le cancer ? Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes Journaliste

Aujourd'hui débute la semaine nationale de lutte contre le cancer, une maladie dont on peut craindre qu'elle figure parmi les dégâts collatéraux de la pandémie de Covid-19. L'an dernier, le cancer a fait quelque 10 millions de victimes dans le monde. Pour la Covid-19, nous en sommes à 2,5 millions de morts. 

Bien sûr, il n'est pas question de mettre en compétition deux maladies qui n'auront rien à voir et que l'on ne peut pas appréhender de la même manière, du simple fait que la Covid soit une maladie contagieuse. 

Mon propos est tout autre. Il porte sur ce qu'on appelle la perte de chance. Ce qui fait que des patients n'ont pas été pris en charge suffisamment à temps. Et malheureusement, tout cela risque de se retrouver quand on chiffrera les victimes de cette maladie contre laquelle les chercheurs n'en finissent pas de se battre. Et, il faut le dire, remportent quelques succès qui nous donnent des raisons d'espérer

La vaccination

À commencer par la vaccination. Il y a deux pistes : le vaccin préventif et le vaccin thérapeutique. Le préventif, c'est celui qui empêche la maladie de se déclarer. Pour certains types de cancer, il existe. C'est le cas contre le papillomavirus, infection qui peut provoquer un cancer du col de l'utérus ou un cancer de la gorge. Vous avez aussi le vaccin contre l'hépatite B, qui peut prévenir certains cas de cancer. Je pense notamment au cancer du foie. 

À lire aussi
santé
Bien-être : pourquoi et comment lire peut nous aider à apaiser nos émotions

Quand le cancer est déjà déclaré, on parle de vaccins thérapeutiques qui apprennent à notre système immunitaire à reconnaître une tumeur pour mieux la combattre. Et là, c'est plus compliqué. 

La recherche travaille d'arrache pied. Mais dans tous les cas, on est en phase de test. La difficulté est liée au fait que l'on cible la marque génétique de la tumeur. Les choses diffèrent d'un patient à l'autre. On pourrait dire qu'aucun cancer ne ressemble à un autre et donc j'en conclus qu'il ne faut pas rêver d'un vaccin universel. Donc, mieux vaut ne pas rêver, même si la science est capable de prouesses. 

Les promesses de l'immunothérapie

Mais en attendant une hypothétique bonne surprise, la piste la plus prometteuse, c'est celle de l'immunothérapie. De quoi s'agit il exactement ? L'immunothérapie consiste à stimuler les défenses immunitaires, à réveiller les cellules de l'immunité pour qu'elles tuent les cellules cancéreuses. Et elle a considérablement progressé grâce au travail d'un immunologiste japonais qui a d'ailleurs reçu le Nobel de médecine pour ses travaux. 

En quoi cette découverte est elle majeure? Nous disposons dans notre corps, vous le savez, des globules blancs, des cellules tueuses qui nous défendent contre les maladies à la surface de ces globules blancs. Et bien, il y a une protéine qui est ciblée par les cellules cancéreuses, ce qui rend les globules blancs inopérants et permet au cancer de prospérer. Cette protéine, notre immunologiste nobélisé, l'a découverte et l'a caractérisée. Donc, aujourd'hui, on la connaît mieux et c'est utile si l'on veut booster l'efficacité des globules blancs tueurs de cellules cancéreuses.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cancer Vaccin Michel Cymes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants