1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Michel Cymes nous alerte sur les dangers de l'automédication
2 min de lecture

Michel Cymes nous alerte sur les dangers de l'automédication

Le médecin Michel Cymes se penche sur tous ces médicaments qui sont vendus sans ordonnance et qui peuvent éventuellement conduire à de drôles de mélanges, voire à des cocktails explosifs.

Dans une usine de production de Doliprane, à Lisieux
Dans une usine de production de Doliprane, à Lisieux
Crédit : AFP / Archives, Mychèle Daniau
Michel Cymes nous alerte sur les dangers de l'automédication
02:48
Michel Cymes nous alerte sur les dangers de l'automédication
02:42
CYMES_245300
Michel Cymes
Animateur

On a tous dans notre pharmacie du paracétamol, de l'aspirine ou je ne sais quel autre médicament réputé efficace et sans danger. On en prend depuis toujours, sans avis médical, et ma fois c'est efficace contre une douleur quelconque ou un mal de tête.

Sauf que parfois, on peut prendre deux médicaments dont les effets vont s'annuler ou, au contraire, être décuplés. Dès lors, on s'expose à de petits soucis. Et quand je dis "petits", c'est juste une façon de parler.

Imaginons que vous avez un rhume. Vous prenez un comprimé pour faire place nette dans votre nez. Vous avez aussi des courbatures, donc vous avalez du paracétamol comme vous l'avez toujours fait. Sauf que ce que vous ne savez pas, c'est que le comprimé anti-rhume contient lui aussi du paracétamol. Du coup, vous vous retrouvez au-delà de la dose tolérée si vous renouvelez l'opération plusieurs fois par jour. Anti-rhume et anti-douleur ne font pas bon ménage.

Bourré de médicaments, mais pas guéri

Vous prenez des tranquillisants et des antiallergiques ? D'un côté, les premiers ont par définition un effet sédatif. De l'autre, certains antiallergiques ont aussi un effet sédatif, mais comme ce n'est pas leur utilité première, on n'est pas au courant. À l'arrivée si vous cumulez les doses, vous vous mettez en danger, surtout si vous prenez le volant.

À lire aussi

Mais parfois c'est le contraire qui se produit. Le médicament A annule les effets du médicament B. Conséquence : vous êtes bourré de médicaments, mais vous ne guérissez pas.

Exemple : vous êtes ballonné. Vous prenez votre médicament habituel. Il n'est pas bien méchant : il se transforme juste en pansement digestif une fois que vous l'avez absorbé. Mais si vous êtes aussi sous traitement antibiotique pour cause d'infection quelconque, je peux vous dire que le pansement digestif ne va pas aider à l’absorption de l’antibiotique. Aucun médicament n'est anodin.

Méfiez-vous de tous les médicaments

L'aspirine est un bon exemple. C'est le plus banal des médicaments. Vous avez une petite fièvre, vous en prenez, très bien. Sauf que si vous l'associez à un anticoagulant, vous allez vous transformer en fontaine de sang. J'exagère à peine, mais ça risque de couler de partout Vos gencives peuvent se mettre à saigner, la moindre coupure peut tourner à l'hémorragie.

Recueillez toujours l'avis de votre médecin ou de votre pharmacien.
Par principe méfiez-vous de tous les médicaments, a fortiori ceux qui sont vendus sans ordonnance.

Pour finir, deux chiffres. Chaque année en France, à cause d'un mauvais usage de médicaments, 130.000 personnes terminent à l'hôpital et 10.000 au cimetière. Autrement dit, cela tue trois fois plus que les accidents de la route. De quoi faire réfléchir.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/