2 min de lecture Santé

Michel Cymes : les personnes âgées ne tombent pas par hasard

Des dispositifs infrarouges permettent de prédire la chute d'une personne âgée pour mieux anticiper les risques.

Ca va beaucoup mieux - Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Michel Cymes : les personnes âgées ne tombent pas par hasard Crédit Image : AFP / Archives, Damien Meyer | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes édité par La rédaction numérique de RTL

Une expérience prouve que l’on peut prédire la chute d’une personne âgée. En effet, la révolution numérique et technologique permet de réaliser des choses stupéfiantes et il n’y a pas de raison que l’univers de la santé n’en profite pas. L’expérience dont il est ici question a été menée aux États-Unis, dans le plus grand centre de recherche sur la santé numérique du monde. Il se trouve au nord-ouest du pays, dans l’Oregon.

L’astuce a consisté à truffer le domicile de personnes âgées de capteurs infrarouges. Les mouchards étaient placés au plafond et ils enregistraient tous les paramètres liés aux déplacements des occupants des lieux. Ils pouvaient dire à quelle vitesse ils se déplaçaient chez eux, selon quel trajet, à quel rythme, dans quelle posture. Grâce aux capteurs, on pouvait savoir quand une personne quittait son salon et quand elle y revenait. 

Ces personnes vivaient en permanence en présence de mouchards. La collecte d’information a duré 3 ans. Mais je précise que ces personnes, des séniors donc, étaient consentantes. Elles savaient qu’elles participaient à une expérience scientifique. L'expérience a abouti à la conclusion que l’on peut annoncer à l'avance que telle ou telle personne va se casser la figure (et potentiellement se blesser) dans un délai maximum d’un mois.

Anticiper les causes des chutes

Car il faut bien comprendre qu’une personne âgée ne tombe pas par hasard. Quand la chute survient, c’est à la suite d’une succession de petits problèmes qui affectent la santé de la personne concernée. 

À lire aussi
Un médecin ausculte un patient présentant des symptômes du coronavirus le 17 février 2020 à Wuhan en Chine. coronavirus
Coronavirus : l’OMS tord le cou à plusieurs fake news

À l’origine d’une chute, il peut y avoir une prise de somnifères, ou une infection que l’on traine, ou un petit accident vasculaire, ou mille autres choses qui ne se traduisent pas aucun symptôme apparent mais qui vous conduisent à changer votre manière de vous comporter et donc de vous déplacer. C’est imperceptible mais réel. Et cela influe sur votre mobilité au point de permettre d’établir un diagnostic précoce de chute.

Ce que l’œil humain, fût-il entrainé, fût-ce celui d’un médecin, ne parvient pas à voir, les capteurs à infra-rouge le voient. Et ils stockent l’information. Ensuite, vous passez tout ça à la moulinette des algorithmes et ils vous préviennent : "Attention, telle personne est sur la mauvaise pente".

Ça permet d’anticiper le risque. À l’avenir, on pourra peut-être intervenir avant qu’une personne chute et lui proposer de se reposer ou de limiter ses déplacements. Parce que tomber, pour une personne âgée, ça laisse toujours des traces, surtout en cas de fracture. Et si les traces ne sont pas physiques, elles sont a minima psychologiques car chuter altère la confiance et l’estime de soi.

Alors, je ne sais rien du coût de ce genre de dispositif à infrarouge si demain il devait être mis en place dans des maisons de retraite ou, pourquoi pas, chez les particuliers. Mais il ne m’étonnerait pas que, dans un avenir assez proche, les compagnies d’assurance s’y intéressent de près.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Seniors
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants