2 min de lecture Santé

Michel Cymes explique pourquoi on est moins sensible à sa propre odeur

On ne sent pas sa propre odeur car nous sommes tous embarqués dans le processus d’adaptation olfactive. Les sens font abstraction des odeurs familières.

Ca va beaucoup mieux - Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Odeurs : Michel Cymes explique le processus d'adaptation olfactive Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes édité par Paul Turban

On ne sent pas sa propre odeur car nous sommes tous embarqués dans le processus d’adaptation olfactive. Notre odeur nous accompagne depuis toujours, depuis notre naissance. 

Elle est là sous forme de molécules microscopiques et volatiles que l’on respire, et qui se faisant stimule les quelque 10 millions de récepteurs olfactifs que nous avons en haut du nez.

Cette stimulation est permanente puisque nous respirons en permanence. En conséquence, le système olfactif se familiarise avec cette odeur et va s’adapter. C’est comme ça qu’on arrive en ne plus se sentir.

C’est pour cela aussi que l’on supporte un peu mieux ces propres chaussettes sales plutôt que celle du voisin. Nos récepteurs sont en terrain connus. Ils vivent une sorte de routine.

À lire aussi
La gare du Nord paralysée (illustration) Santé
Avec les grèves, "les émotions négatives l'emportent sur les positives" prévient le docteur Ferreri

L’odeur corporelle est une des choses sans doute les plus intimes. Mais il y a aussi l’odeur de notre habitat, de notre bureau, le parfum que l’on porte, etc. Si certaines personnes empestent le parfum, c’est qu’elles en mettent trop.

Elles sont tellement habituées à leur parfum qu’elle s’en asperge jusqu’à bien sentir sa présence. Sauf que pour l’entourage, plus réceptif, car peu familier de la fragrance, la limite du supportable est franchie. On rappelle à l’occasion que le parfum se met sur les vêtements, et non sur la peau qu’il abîme.

La banalisation d’une odeur

Il n’y a pas de règle quant au temps qu’il faut pour qu’une odeur se banalise. L’accoutumance peut être rapide, ne prendre que quelques minutes, et parfois c’est beaucoup plus long. Ça dépend de la nature de l’odeur, des préférences de chacun et du contexte.


Si vous êtes pâtissier, vous ne sentez plus l’odeur du pain au chocolat chaud, parce que vous évoluez dedans en permanence. En revanche, si vous êtes clients de la pâtisserie et que vous avez faim, vous n’allez sentir que ça dès que vous aurez pénétré dans la boutique.

Un phénomène vital

Ce phénomène d’adaptation olfactive est vital. La nature est bien faite. Le nerf olfactif mène au cerveau qui analyse les choses et donne instantanément son verdict : il aime ou il n’aime pas. Ça pue ou ça sent bon.


À partir du moment où le cerveau est capable de ne pas tenir compte des odeurs familières, il reste en alerte pour signaler un danger potentiel. Si ça sent le brûlé dans votre cuisine, vous allez vous précipiter sur les fourneaux. Si vous ouvrez une conserve de petit à l’odeur suspecte, vous allez la jeter. Et si vous trouvez que ça sent le gaz, vous allez partir. Tout cela parce que ces odeurs n’ont pas fait l’objet d’un processus d’adaptation.

Une adaptation de tous les sens

Cette capacité d’adaptation concerne tous les sens. Quand vous mettez votre montre le matin, vous la sentez sur votre poignet. Quelques secondes plus tard, vous n’y prêtez plus attention. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Parfum Michel Cymes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants