1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Marseille : retraité depuis peu, Raoult se plaint d'être "harcelé" par les institutions
1 min de lecture

Marseille : retraité depuis peu, Raoult se plaint d'être "harcelé" par les institutions

VU DANS LA PRESSE - Officiellement retraité de l'IHU de Marseille depuis le 31 août, Didier Raoult dénonce, dans une vidéo, "un harcèlement des institutions".

Le professeur Didier Raoult.
Le professeur Didier Raoult.
Crédit : Thomas COEX / AFP
Camille Guesdon

"Les meilleurs sont obligés de partir". C'est ce qu'a déclaré le professeur Didier Raoult, poussé vers la sortie par l'Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille depuis cet été,  dans une vidéo de plusieurs minutes postée sur YouTube, mardi 28 septembre. Il en a d'ailleurs profité pour annoncer "une surprise pour novembre". 

Selon France Inter, durant ces quelques minutes, l'épidémiologiste se plaint notamment d'être "harcelé" et d'être la cible "d'insultes" en France, précisant que c'est "un harcèlement personnel" et "un harcèlement des institutions". "Je dois être le seul médecin qui n'ait pas été prolongé dans ses fonctions du CHU depuis des années, ça laisse rêveur", ajoute-t-il.

Figure emblématique de la pandémie de Covid-19, le très controversé professeur Didier Raoult, âgé de 69 ans, est officiellement retraité depuis le mardi 31 août puisque ayant atteint la limite d'âge pour exercer, il n'a pas obtenu de dérogation pour continuer à pratiquer.

Un successeur nommé au plus tard le 30 juin 2022

Depuis le vendredi 24 septembre, les six membres fondateurs de l'IHU de Marseille, ainsi que la présidente de l'Institut dirigé par Didier Raoult, ont débuté le recrutement d'un successeur qui sera nommé, au plus tard, le 30 juin 2022. Le processus de recrutement doit d'abord être accepté par un conseil d'administration composé de 18 membres et prévu le 23 novembre. Comme il le souhaitait, Didier Raoult restera donc à la tête de l'IHU une année de plus.

À lire aussi

Malgré ça, la pilule ne passe pas pour Didier Raoult. "Vous ne pouvez pas traiter les gens comme ça, sans que nos instances fonctionnelles ne mettent fin à ce genre de choses. On ne peut pas dire d'un coté 'On va garder les élites' et d'autre part les laisser les traiter de cette manière là", dénonce-t-il dans sa vidéo.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/