1 min de lecture Pollution

Les enfants exposés à un air pollué grandissent avec des poumons plus faibles

VU DANS LA PRESSE - Respirer un air pollué à un jeune âge complique le développement pulmonaire à l'adolescence, et ce même avec des niveaux de pollution inférieurs aux standards de l'Union européenne.

Une panneau indique une pollution de l'air près de Rennes (illustration)
Une panneau indique une pollution de l'air près de Rennes (illustration) Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont Journaliste

Un air plus pollué, des poumons en moins bonne santé. C'est ce qu'ont conclu des chercheurs allemands, qui ont étudié l'effet de la pollution de l'air chez les enfants et présenté leurs résultats lors du congrès international de la European Respiratory Society (ERS).

Comme le rapporte The Guardian, l'étude portait sur 915 enfants, élevés à Munich et Wesel, en Allemagne. Les chercheurs ont comparé la puissance de respirations des enfants aux âges de 6, 10 puis 15 ans.

Tenant compte de facteurs extérieurs, comme le fait de savoir si les parents fument ou non, les résultats ont ensuite été comparés selon le niveau de pollution présent dans le lieu où l'enfant a grandi. Le résultat est sans appel : plus un bébé est exposé à un air pollué, moins ses poumons fonctionnent bien, arrivé à l'adolescence.

Une régulation insuffisante ?

"C'est inquiétant car ça suggère que des dégâts infligés aux poumons à l'enfance peuvent avoir des conséquences à travers la vie", regrette Qi Zhao, un des auteurs de l'étude. Autre conclusion alarmante : ses dégâts peuvent être constatés même dans des villes où la qualité de l'air est suffisante selon les critères de l'Union européenne.

L'UE fixe une limite annuelle du taux de particules fines PM 2.5, responsables de plusieurs troubles de santé, de 25 microgrammes par mètre cube. C'est bien plus que le critère mondial, fixé par l'OMS, de 10 microgrammes par mètre cube. 

À lire aussi
Un membre de l'AIEA, à la centrale nucléaire de Fukushima au Japon, le 17 février 2015. Fukushima
Fukushima : les autorités vont rejeter l'eau contaminée dans le Pacifique

"Les études suggèrent que les régulations en vigueur, comme celles de l'UE, ne sont pas assez sécuritaires. Des recherches précédentes ont montré que 67.000 diagnostics d'asthmes chez les enfants pourraient être évités en s'alignant sur les standards de l'OMS", alerte Thierry Troosters, président de l'ERS.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pollution Santé Environnement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants