2 min de lecture Psycho

Les conseils de Michel Cymes pour repérer les signes de la schizophrénie

Jusqu’à samedi se déroulent la 18e journée de la schizophrénie. Mais que recouvre ce mot valise utilisé à tout bout de champ et parfois sans discernement ?

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Les conseils de Michel Cymes pour repérer les signes de la schizophrénie Crédit Image : Unbsplash/Nicole Honeywill | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes Journaliste

On parle souvent d’une personne d’humeur changeante ou imprévisible en disant : "Oui, celui-là, il est schizo" sans savoir exactement ce que cette notion recouvre sur le plan médical. Et ces journées de la schizophrénie sont l’occasion de rappeler qu’il faut se garder d’évoquer cette maladie de manière lapidaire, ne serait-ce que par respect pour ceux qui en souffrent réellement, la schizophrénie étant une maladie du cerveau, qui peut être invalidante, pénible pour celui qui en souffre, pénible pour son entourage, mais une maladie qu’il est possible de traiter. 

Cette maladie se manifeste par des délires ou des hallucinations. Ou les deux. C‘est parfois épisodique. Mais pas toujours. Le malade a un problème de perception de la réalité… Il peut entendre des voix, estimer que tout le monde lui en veut, faire preuve de mégalomanie, tenir des propos incohérents.

Le malade a aussi tendance à se mettre en retrait socialement et à faire montre de difficultés cognitives, l’un nourrissant l’autre, ce qui l’installe dans un cercle vicieux qui peut mener à la dépression. 

Si j’en crois l’INSERM, tout ça concerne quand même quelques 600.000 personnes en France, 600.000 personnes dont la moitié feront une tentative de suicide et 10% parviendront à leurs fins. Je crois qu’on peut parler d’enjeu de santé publique.

Tout le monde est concerné

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus : la baisse des contaminations "va s'accentuer", assure un épidémiologiste

Tout le monde est concerné. Potentiellement, tout le monde. Cette maladie fait des dégâts dans le monde entier. Aucun pays, aucune culture n’y échappe. Les hommes sont autant concernés que les femmes et il n’y a pas de déterminisme social. Tout au plus constate-t-on que l’on est plus vulnérable en milieu urbain ou quand on a suivi un parcours de migration, toujours selon l’INSERM.

Particularité de cette maladie : elle avance en silence et en toute invisibilité. Les spécialistes estiment qu’elle se développe dès la naissance et ce n’est qu’à l’adolescence où lorsque le patient est un jeune adulte qu’on en constate les effets. La fourchette, c’est entre 15 et 25 ans, quand le cerveau arrive ou est en passe d’arriver à maturité.

Attention au stress et au cannabis

Il existe des facteurs de risque. La consommation régulière de cannabis : elle aggrave les choses. Le rôle du stress est aussi établi par la recherche. Il est aussi question de facteurs environnementaux et, pour une faible part, de génétique. Mais sur ce dernier point, il faut fortement modérer le propos. Si vous prenez deux jumeaux, quand l’un est schizophrène, le second n’a "que" 40% de risque d’être aussi atteint. 

On a bien compris que la maladie est difficile à diagnostiquer à temps, parce que ses symptômes ressemblent à ceux de la dépression ou de la bipolarité. Mais à quoi faut-il être plus particulièrement attentif, surtout quand on est en présence d’un ado ?

Il faut garder un œil sur son comportement. S’il se modifie, s’il interrompt ses activités habituelles, s’il a tendance à s’isoler, s’il semble animé de préoccupations mystiques, si ses résultats scolaires en pâtissent, tout cela peut constituer des indices mais j’ai conscience que le champ est vaste et compliqué à évaluer.

Il n’empêche. Il faut savoir qu’il existe des traitements mais pour qu’ils soient efficaces, il est indispensable que l’engagement du patient soit total et, souvent, que les proches, eux aussi, y adhèrent et soutiennent le processus.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Psycho Santé Michel Cymes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants