1 min de lecture Maladie

Le coronavirus pourrait se transmettre par voie fécale

Les scientifiques, qui n'ont toujours pas déterminé l'origine exacte du coronavirus, continuent d'identifier des voies de contamination et transmission.

Une femme masquée à la suite du coronavirus (illustration)
Une femme masquée à la suite du coronavirus (illustration) Crédit : Pedro PARDO / AFP
Maeliss
Maeliss Innocenti et AFP

Les scientifiques chinois ont identifié une nouvelle voie de transmission pour le coronavirus : la diarrhée, qui serait une voie secondaire. La voie primaire de contamination serait celle des gouttelettes chargées de virus émanant de la toux d'une personne infectée.

Les chercheurs ayant travaillé sur les premiers cas se sont concentrés sur les patients avec des symptômes respiratoires, et ont concédé qu'ils pourraient avoir négligé ceux liés au système digestif.

Selon le dernier article de scientifiques chinois, paru dans le Journal of the American Medical Association (JAMA), 14 patients sur 138 (10%) d'un hôpital de Wuhan avaient initialement diarrhée et nausée, un ou deux jours avant le développement de fièvre et de problèmes respiratoires.

Le premier patient américain diagnostiqué avec le 2019-nCoV a aussi eu des selles liquides pendant deux jours et le virus a ensuite été détecté dans ses selles. Des cas similaires en Chine ont été documentés dans la revue The Lancet, mais sont peu fréquents.

La voie fécale, un amplification d'épidémie ?

À lire aussi
Des personnes masquées à cause du coronavirus Maladie
Pourquoi le coronavirus est moins dangereux pour les enfants

Cette possibilité n'est pas vraiment une surprise pour les scientifiques, puisque le nouveau virus appartient à la même famille que le SRAS. En 2003, la transmission par voie fécale du SRAS a contaminé des centaines de personnes dans un complexe résidentiel de Hong Kong.

La voie fécale pourrait présenter de nouveaux défis pour l'endiguement du virus, mais pourrait être davantage un problème dans les hôpitaux, qui peuvent devenir des "amplificateurs" d'épidémies, selon David Fisman, épidémiologiste à l'Université de Toronto.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Maladie Recherche Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants