2 min de lecture Société

Journée mondiale de lutte contre le Sida : PreP, TasP, TPE... En quoi consistent ces traitements ?

ÉCLAIRAGE - Ce 1er décembre marque la journée mondiale de lutte contre le Sida, l'occasion de revenir sur les traitements qui existent pour prévenir la transmission du VIH.

En France, plus de 10.000 personnes sont sous PrEP.
En France, plus de 10.000 personnes sont sous PrEP. Crédit : JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"On m'appelle parfois le séropo". À l'occasion de la 32e journée mondiale de lutte contre le Sida, l'association Aides publie une nouvelle campagne. Le but : sensibiliser le grand public à la sérophobie, discrimination visant les personnes séropositives au VIH. Un phénomène qui prend racine dans l'ignorance autour de la prise en charge des patients.

Aujourd'hui, de multiples outils accessibles pour empêcher la transmission du VIH. Parmi celles-ci, le port du préservatif et le dépistage, premiers outils de prévention, mais aussi les traitements comme la PreP, le TasP ou le TPE. Malheureusement, ceux-ci sont encore trop peu mis en lumière. 

"Le grand public ne connaît pas la #PrEP et ne sait pas qu’une personne séropositive sous traitement ne transmet pas le VIH, déplorait ainsi Fred Colby, militant et rédacteur pour le journal de l'association Aides sur le plateau de France 2 lundi 30 novembre. Il n’y a pas de campagne nationale du ministère de la Santé qui parle de la PrEP ou du TASP". Derrière ces acronymes, en quoi consistent ces traitements ?

La PreP, traitement préventif

L'acronyme PreP signifie Prophylaxie Pré-Exposition : comme son nom l'indique, il s'agit d'un traitement à prendre avant une éventuelle exposition au virus, et donc, de manière préventive. Autorisé en France depuis 2016, il est destiné aux personnes non-porteuses du virus, mais considérées comme à haut risque d'exposition au VIH. Remboursé à 100%, le traitement concerne aujourd'hui plus de 10.000 personnes selon les chiffres de L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

À lire aussi
société
Inceste : "Cessons d'interroger l'enfant sur son consentement", appelle Isabelle Aubry

Comme l'indique le site de l'association Aides, pour l'obtenir, il est nécessaire de consulter dans un service hospitalier spécialisé dans la prise en charge du VIH ou dans un centre d’information, de dépistage et de diagnostic. Après évaluation de la pertinence d'avoir recours à la PreP et une série d'examens, les professionnels de santé vous conseilleront notamment sur le type de prise envisageable : il est possible de prendre le comprimé de PreP quotidiennement ou "à la demande" selon un schéma strict.

Le TasP, empêche la transmission

Lorsque la charge virale du VIH est indétectable, il est impossible de le transmettre. Là est l'objectif du Traitement comme prévention, Treatment as Prevention en anglais (TasP). Celui-ci permet de freiner la multiplication du virus dans l'organisme d'une personne déjà infectée par le VIH et, sur le long terme, de tellement diminuer sa quantité qu'il devient indétectable et donc intransmissible. Le TasP s'adresse ainsi à toutes les personnes séropositives et protège leurs partenaires séronégatifs, même sans port de préservatif.

Le TPE, traitement d'urgence

À l'inverse de la PreP, le TPE est un Traitement Post-Exposition qui se prend après un rapport sexuel non ou mal protégé - ou tout autre comportement à risque. Il consiste en une trithérapie d'un mois. Pour y avoir recours, il faut se présenter aux urgences le plus tôt possible après l'exposition au VIH. Là, un médecin évaluera la pertinence de vous prescrire un TPE. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Sida VIH
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants