1 min de lecture Préservatif

Préservatifs : comment se les faire rembourser

ÉCLAIRAGE - Après "Eden" en décembre, une deuxième marque de préservatif est remboursée à 60% par la Sécurité sociale. Comment ça marche ? Combien ça coûte ? On vous explique tout.

Des préservatifs remboursés sur prescription médicale pour aider à lutter contre le sida (image d'illustration)
Des préservatifs remboursés sur prescription médicale pour aider à lutter contre le sida (image d'illustration) Crédit : JOE RAEDLE / Getty Images North America / Getty Images
cassandre
Cassandre Jeannin Journaliste

À partir d'aujourd'hui, lundi 4 mars, les préservatifs "Sortez couverts !" de la marque Polidis seront en partie remboursés par l'Assurance maladie. Après le préservatif "Eden" fabriqué par Majorelle, ce nouveau modèle est désormais pris en charge. On vous explique quelles sont les procédures à suivre. 

Pour que vous soyez remboursés à hauteur de 60% par la Sécurité sociale, il faut que vos préservatifs "Eden" ou "Sortez couverts !" soient prescrits par un médecin ou une sage-femme. Ils sont vendus au prix de 2 € la boîte de 12. Vous les paierez donc, réellement, 80 centimes. Cette mesure qui figure au journal officiel du 19 février 2019, prend effet aujourd'hui, lundi 4 mars. 

Ce remboursement des préservatifs via l'ordonnance d'un médecin s'inscrit dans le cadre de la Stratégie Nationale de Santé 2018-2022 du gouvernement. Cette politique de santé est ambitieuse puisqu'elle a pour objectif "zéro nouvelle infection à VIH et l'élimination des infections sexuellement transmissibles en tant que problème majeurs de Santé Publique en 2030. 

L'animateur Christophe Dechavanne, très engagé dans la lutte contre le sida et qui a inspiré la marque avec le gimmick "Sortez couverts !" s'est félicité de cette initiative dans un tweet. 

Les jeunes particulièrement touchés par les IST

À lire aussi
Un préservatif (illustration) contraception
Un lot de préservatifs perforés de la marque Soft rappelé

Multipliées par trois entre 2012 et 2016, les infections sexuellement transmissibles (IST) peuvent avoir des conséquences graves sur la santé, si elles ne sont pas ou mal soignées : infertilité, sida, cancers (de l’ovaire notamment), maladies hépatiques et neurologiques graves.
Les jeunes sont particulièrement touchés. Or, un jeune sur deux n’utilise pas de préservatifs, alors que celui-ci est défini par la Haute Autorité de Santé (HAS) comme « la seule méthode efficace contre les IST, y compris le sida ».
En France, 108 millions de préservatifs sont vendus par an et 6 millions sont distribués gratuitement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Préservatif Médecins Remboursement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants