3 min de lecture Alimentation

Grossesse : ces aliments bénéfiques pour la mère et l'enfant

ÉCLAIRAGE - Tout juste publiées par l'Anses, voici les nouvelles recommandations pour bien vous nourrir pendant la grossesse et même avant. Explications.

Une femme enceinte (image d'illustration)
Une femme enceinte (image d'illustration) Crédit : istock
signature paul turban
Paul Turban Journaliste

On savait que les femmes enceintes ne devaient pas consommer d'alcool ou de fruits de mer crus. Dans son dernier avis d'expertise, l'Agence nationale de sécurité sanitaire souligne les effets bénéfiques pour la santé de la mère et de l'enfant de certains aliments, pendant la grossesse et l'allaitement

Ces aliments sont les légumes et légumineuses, les produits laitiers, la viande rouge, les poissons gras ou encore le jaune d’œuf. "Une collation de type fruit et produit laitier tel que yaourt ou fromage blanc, donnée à titre d'exemple, peut contribuer à améliorer la couverture des besoins au cours de la grossesse".

Ces divers aliments permettent de couvrir les besoins nutritionnels plus élevés spécifiques aux femmes enceintes et allaitantes. Des études montrent, selon l'Anses, des carences en fer, iode et vitamine B9 chez les mamans et futures mamans, et des carences en vitamines A et C chez les femmes allaitantes. 

Ces molécules alimentaires à éviter

L'ANSES recommande aussi d'éviter certaines substances. Elle pointe notamment du doigt les phyto-estrogènes, présents notamment dans le soja et ses produits dérivés. Selon l'agence, ils baissent l'absorption de l'iode indispensable pour le développement de la thyroïde du fœtus et son développement neurologique. L'UCF-Que Choisir avait aussi alerté en juin dernier sur leur potentiel de perturbateur endocrinien

À lire aussi
Des bananes (illustration) Alimentation
Qu'est-ce que le Fusarium oxysporum, qui menace la production de bananes ?

Les phytostérols et phytostanols sont aussi à bannir. Ils sont notamment présents dans certaines margarines enrichies avec ces molécules. Le beurre, lui, est conseillé comme source de vitamine A pour les femmes allaitantes. 

Autre molécule, la caféine est à éviter, car elle est transmise au fœtus par le sang, et au bébé par le lait. Elle pourrait avoir des effets négatifs sur leur croissance. 

Ces aliments aux risques de contamination chimique

Les poissons sont sources de risques de contamination chimique. L’Agence recommande de varier les espèces de poisson, les origines et les modes d’approvisionnement (sauvage, élevage, lieux de pêche, etc.). La consommation des poissons d’eau douce fortement bioaccumulateurs (anguille, barbeau, brème, carpe et silure) doit être limitée à une fois tous les deux mois pour les femmes enceintes ou allaitantes. 

La consommation de poissons prédateurs sauvages (lotte-baudroie, loup-bar, bonite, anguille, empereur, grenadier, flétan, brochet, dorade, raie, sabre, thon…) doit être limitée et celle d’espadon, marlin, siki, requin et lamproie évitée pour les femmes enceintes ou allaitantes.

Ces aliments aux risques d'infection alimentaire

Concernant les risques d'infection, un certain nombre d'aliments sont à éviter : 
- les viandes, les poissons, les œufs, les coquillages et le lait crus
- les produits de charcuterie cuite nécessitant une conservation au froid (ex : rillettes, pâtés, produits en gelée), et ceux à base de foie cru de porc (ex : figatelle, saucisse de foie) 
- les fromages au lait cru, à l’exception des fromages à pâte pressée cuite (comme le gruyère ou le comté), ceux à pâte molle à croûte fleurie (type camembert, brie) et à croûte lavée (type munster, pont l’évêque) et ceux vendus râpés
- les poissons fumés et les crustacés décortiqués vendus cuits et nécessitant une conservation au froid.

Des recommandations pour toutes les femmes

"Certaines déficiences en micronutriments peuvent entraîner des risques d’anomalies congénitales du fœtus ou des complications obstétricales", précise l'agence. Une étude confirme, par exemple, les bénéfices des acides gras polyinsaturés à chaîne longue oméga-3 apportés par les poissons gras pour réduire le risque d’accouchement prématuré et d’insuffisance pondérale à la naissance", souligne l'Anses. 

Des recommandations qui s'étendent au-delà du public directement ciblé. "L'équilibre alimentaire des femmes en âge de procréer, avant même d’être enceintes, permet d’assurer dès la conception un statut nutritionnel favorable, en particulier pour la vitamine B9 et compatible avec les besoins du fœtus et de la mère."

Une diversification précoce

Après l'allaitement, l'Anses recommande aux parents de diversifier l'alimentation des bébés à partir de 4 mois. Il ne faut pas hésiter à insister. Tout nouvel aliment doit être proposé au moins 8 fois à l'enfant. 


L'allaitement maternel semble favoriser la diversification puisque les flaveurs du lait de la mère varient selon ce qu'elle mange. Après deux ans, la diversification devient plus difficile. L'enfant accepte moins de nouveaux aliments, et en rejette d'autres. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alimentation Grossesse Consommation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797927717
Grossesse : ces aliments bénéfiques pour la mère et l'enfant
Grossesse : ces aliments bénéfiques pour la mère et l'enfant
ÉCLAIRAGE - Tout juste publiées par l'Anses, voici les nouvelles recommandations pour bien vous nourrir pendant la grossesse et même avant. Explications.
https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/grossesse-ces-aliments-benefiques-pour-la-mere-et-l-enfant-7797927717
2019-06-26 18:31:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/dOJAS8nic3n7-iFHFfel4g/330v220-2/online/image/2015/0702/7778964111_une-femme-enceinte-image-d-illustration.jpg