1 min de lecture Sommeil

Faire une ou deux siestes par semaine réduirait les risques de problèmes cardiaques

Selon une étude menée en Suisse, s'accorder une sieste occasionnellement serait bon pour le coeur, notamment parce qu'elles permettent d'évacuer le stress accumulé.

Une femme fait une sieste (illustration)
Une femme fait une sieste (illustration) Crédit : dima_sidelnikov
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

On connaissait la sieste réparatrice, mais désormais, on apprend également que celle-ci, en plus de nous permettre de récupérer, pourrait nous protéger de maladies cardiovasculaires. C'est en effet ce que révèle une étude publiée dans la revue scientifique Hart lundi 9 septembre,et repérée par le site du magazine Time ainsi que BFMTV.

Les chercheurs suisses qui l'ont menée se sont appuyés sur le suivi, qui a pour certains duré 8 ans, de 3.462 adultes, dont l'âge variait entre 35 et 75 ans. Les participants, qui ont passé des tests médicaux, ont également renseigné les scientifiques sur différents indicateurs : leur pratique de la sieste, la qualité et la longueur de leur sommeil nocturne, ou encore leur cadre de vie.

Durant l'étude, 155 sujets ont eu des problèmes de coeur, qu'ils s'avèrent mortels ou non. Dans la revue Hart, les chercheurs disent avoir "observé un risque significativement plus faible pour les sujets faisant la sieste 1 à 2 fois par semaine lors du développement d'un événement cardiovasculaire, par rapport aux sujets ne faisant pas la sieste".

Des résultats à relativiser ?

Comment expliquer un tel impact de ces petits sommes ? D'abord parce que ces siestes permettent d'évacuer le trop plein de stress accumulé. Ensuite, parce qu'il est prouvé qu'un manque de sommeil ou une mauvaise qualité de celui-ci peut favoriser les problèmes cardiovasculaires.

À lire aussi
L'EMDR peut permettre de mieux gérer les traumatismes bien-être
Bien-être : comment soigner ses traumatismes avec l'EMDR ?

Il faut cependant relativiser les résultats de cette étude, comme l'expliquent les chercheurs eux-mêmes. Ils reconnaissent que sur 3.462 sujets, finalement très peu ont eu des problèmes cardiaques pour en tirer des conclusions que l'on pourrait généraliser. D'autre part, l'étude reposant sur les dires de ces 3.462 personnes, il peut y avoir des imprécisions concernant les données transmises aux chercheurs. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sommeil Maladies cardiaques Dormir
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants