2 min de lecture Confinement

Dépression, anxiété... Les effets du confinement sur la santé mentale des Français

Dépression, anxiété, problèmes de sommeil... D'après plusieurs études, le confinement provoquerait des troubles graves après un mois de confinement. Certains développeraient même des syndromes de stress post-traumatique.

Confinement : est-ce qu'il existe un risque de dépression ?
Confinement : est-ce qu'il existe un risque de dépression ? Crédit : Thinkstock
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

Alors que la France tourne au ralenti après un mois de confinement, si l'ennui semble commencer à peser sur le moral des Français, certains souffrent de symptômes bien plus graves, rapporte BFM TV, allant jusqu'à développer des syndromes de stress post-traumatique

L'enquête Coconel, "qui porte sur un panel Ifop d'un millier de Français", estime que 74% des adultes interrogés souffrent de troubles du sommeil. "La moitié de ce chiffre coïncide avec le début du confinement", détaille la chaîne d'informations. Par ailleurs, près de 37% des sondés témoignent d'une détresse psychologique, qui se caractérise, notamment, par l'anxiété et la dépression liées au stress post-traumatique. 

Ces troubles toucheraient en particulier les femmes (42% contre 32% des hommes), et diffèrent en fonction de l'âge : les femmes de 36 à 45 ans semblent être les plus impactées (52%). "La comparaison avec les dernières données collectées en population générale en 2017 suggère une nette dégradation de la santé mentale au cours du confinement", expliquent les auteurs de l'étude.

Le confinement crée des pathologies

Une autre enquête, réalisée par le Pr Nicolas Franck, psychiatre au Centre hospitalier du Vinatier, à Lyon, qui a sondé plus de 11.000 personnes, estime que "la population française est exposée à un risque sévère". D'après le responsable de l'étude, "on crée des pathologies avec le confinement". 

À lire aussi
Exemple d'un contrôle routier à la frontière franco-allemande. international
Confinement : bazar à la frontière franco-belge

Les étudiants et personnes invalides seraient les plus sensibles aux troubles provoqués par la semi-quarantaine imposée en France depuis le 17 mars dernier. S'ajoute à cela, le facteur logement puisque "le nombre de personnes dans un logement selon sa surface semble aussi avoir son importance". Le journal 20 Minutes a collaboré avec OpinionWay et Heyme pour mettre en place un baromètre hebdomadaire du moral des jeunes de 18 à 30 ans pendant le confinement. D'après leurs conclusions, 46% des sondés craignent que le confinement représente un risque pour leur santé mentale.

Enfin, l'étude du Groupe Covadapt, dirigée par l’Adaptation Institute (HAIS), a mené une enquête sur 7.000 personnes. D'après ses conclusions, la cohérence des mesures gouvernementales pour sortir de la crise permettent "d'assurer la santé mentale des plus fragiles". Les chercheurs recommandent notamment de la stabilité et des discours qui donnent des éléments concrets à long terme pour garantir le bien-être mental des Français.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confinement Psychologie Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants