1 min de lecture Coronavirus

Déconfinement : le 15 mai, trop tôt pour lever les restrictions ?

Les scénarios présentés par l'Institut Pasteur soulignent un risque de reprise des hospitalisations dans l'hypothèse d'un déconfinement trop rapide.

Une femme portant un masque, devant un restaurant fermé à paris, le 18 novembre 2020.
Une femme portant un masque, devant un restaurant fermé à paris, le 18 novembre 2020. Crédit : THOMAS COEX / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont Journaliste

Plus de vaccins et une levée "progressive" des restrictions sanitaires : telles sont les mesures à mettre en place pour éviter une "remontée importante des hospitalisations" lors de l'été 2021 selon l'Institut Pasteur. La fondation, spécialisée dans la recherche scientifique, a publié ce lundi 26 avril les "scénarios" possibles pour les mois à venir, selon les mesures que mettra en place l'exécutif.

La limite de déplacement de 10 kilomètres en journée ainsi que l'interdiction de circuler entre les régions disparaîtront le 3 mai. Pour ce qui est des terrasses, restaurants, bars, cinémas ou de l'assouplissement du télétravail, aucune date précise n'a été fixée, mais des réouvertures progressives à partir de la mi-mai ont été évoquées.

Il faudra éviter la précipitation, mets en garde l'Institut Pasteur : "une remontée importante des hospitalisations pourrait être observée en cas de levée trop rapide des mesures de freinage le 15 mai, même sous des hypothèses optimistes concernant le rythme de vaccination". 

Un scénario qui s'appuie sur le fait que le variant B.1.1.7, parfois désigné comme variant britannique, "est 60% plus transmissible que le virus historique" et que "les mesures de freinage conduisent à une réduction substantielle des hospitalisations".

À lire aussi
divorce
Sommes-nous obligés de pardonner ?

Pour réduire "l'intensité" de la reprise des hospitalisations après le déconfinement, l'Institut Pasteur mise notamment sur la vaccination. Le "passage" de 350.000 à 500.000 injections par jour est évoqué, tout comme une "levée plus progressive" des restrictions sanitaires pour permettre à la campagne de vaccination de continuer à avancer.

Ces scénarios, élaborés à partir des observations faites l'été passé, présentent cependant quelques "limites". Parmi elles, la difficulté de "quantifier l’impact du climat sur la transmission". L'Institut Pasteur évoque notamment la possibilité que le variant britannique se propage avec légèrement moins de vigueur dans des "conditions estivales", ce n'empêcherait pas un rebond épidémique mais en réduirait l'ampleur.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Coronavirus France Maladie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants