1 min de lecture Épidémie

Coronavirus : une carence en vitamine K pourrait favoriser les cas sévères

Une étude menée sur des patients néerlandais suggère qu'une déficience en vitamine K pourrait favoriser les formes graves de coronavirus.

Un hôpital français durant l'épidémie de coronavirus (illustration)
Un hôpital français durant l'épidémie de coronavirus (illustration) Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
IMG_5140
Sarah Rozenbaum

Des scientifiques néerlandais, en collaboration avec l’Institut de recherche cardiovasculaire de Maastricht aux Pays-Bas, ont réalisé une étude durant un mois, du 12 mars au 11 avril sur deux groupes d’individus, l’un composé de 134 personnes atteintes d’une forme grave de la Covid-19 et hospitalisées à Nimègue et l’autre composé de 184 personnes en bonne santé. 

Au travers de cette étude, les scientifiques pourraient avoir trouvé une corrélation entre la présence d’un faible taux de vitamine K et la forme grave du coronavirus. En effet, les caractéristiques de la forme la plus grave de la Covid-19 est la coagulation du sang et la dégradation des fibres élastiques des poumons. Or, la vitamine K, présente dans des aliments comme les œufs, les épinards, les brocolis et certains fromages, est essentielle à la production de protéines régulant la coagulation comme le rapporte le Guardian.

Les scientifiques ont observé une déficience de cette vitamine chez les patients hospitalisés ou morts suivis lors de l’étude et cherchent maintenant à mettre des financements pour mettre en place un essai clinique incluant la prise de vitamine K afin de vérifier leurs résultats. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Vitamines Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants