2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : Michel Cymes fait le bilan statistique des deux mois de confinement

Au début de l’épidémie, le rythme naturel de propagation du virus était de 3,3. Cela voulait dire que chaque personne infectée en contaminait, en moyenne, 3,3 autres. Le confinement a fait chuter cet indice : il est passé à 0,5.

Ca va beaucoup mieux - Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Coronavirus : Michel Cymes fait le bilan statistique des deux mois de confinement Crédit Image : Unsplash/@anthonytran | Crédit Média : Michel Cymes | Durée : | Date : La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes édité par Léa Stassinet

À quelques jours du déconfinement, faisons le bilan de ces deux mois. Lundi prochain, je crois que personne ne l’ignore dans ce pays, nous serons le 11 mai. Beaucoup associent cette date à un tournant dans la période que nous vivons. Ils se disent qu’on va passer à autre chose. 

Mais attention, il ne faudrait pas que le tournant se transforme en virage à 180 degrés et qu’on se retrouve en quelques jours au point de départ, c’est-à-dire 2 mois en arrière. Ce n’est pas parce que le déconfinement est décrété que l’épidémie s’arrête. Sur le plan épidémiologique, ce lundi 11 mai ne marque aucun seuil particulier. Le virus se moque des calendriers, des éphémérides et des effets d’annonce ! S’il peut continuer à nous infecter, il ne privera pas de le faire.


Justement, si l’on en croit l’Institut Pasteur, au terme du confinement, en France, quelque 4 millions de personnes devraient avoir été infectées. Il faut préciser que ce chiffre de 4 millions de personne (ce qui représente 6% de la population du pays), repose sur des projections. Les 4 millions de personnes en question n’ont pas toutes été testées et déclarées positives.

Un taux de mortalité de 0,5%

Mais il faut s’attarder sur le rythme naturel de propagation du virus. Au début de l’épidémie, il était de 3,3. Cela voulait dire que chaque personne infectée en contaminait, en moyenne, 3,3 autres… Le confinement a fait dégringoler cet indice : il est passé à 0,5. Ce qui veut dire qu’il fallait 2 personnes infectées pour en contaminer une troisième.
En ralentissant le rythme naturel de propagation du virus (un ralentissement spectaculaire puisque ça a chuté de 84%), la France a bien sûr laissé tomber la piste de l’immunité collective (évoquée de façon très éphémère au début de l’épidémie), mais elle a surtout évité l’engorgement des hôpitaux et contenu le taux de mortalité du Covid-19.

À lire aussi
Un homme se prélasse au soleil (illustration) santé
Coronavirus, moral, système immunitaire… Les bienfaits de la vitamine D

À ce jour, le taux de mortalité est de 0,5%. Cela veut dire que sur 1.000 personnes infectées par le coronavirus, 5 décèdent. Mais cet élément statistique masque des disparités. Chez les moins de 20 ans par exemple, il n’y a qu’une victime pour 100.000 personnes infectées. Alors que chez les plus de 80 ans, on compte 8 victimes pour 100 personnes infectées. Je m’empresse de préciser que ces 8% là seraient revus à la hausse si l’on intégrait les personnes décédées en Ehpad, ce qui n’est pas le cas actuellement.

La chaleur peut-elle aider à combattre le virus ?

Il n'est pas possible à ce jour de faire des projections pour évaluer le nombre total de victimes au terme de l’épidémie. Ça relèverait de la voyance. Tout dépendra des conditions dans lesquelles s’effectuera le déconfinement ainsi que de notre capacité à appliquer les gestes-barrières quand la vie économique aura repris son cours.

Et puis, il y a une inconnue. On ignore encore si le coronavirus va perdre de sa vigueur avec les beaux jours. Pour tout vous dire, ce ralentissement saisonnier de la propagation, tout le monde, dans l’univers médical, y pense parce que c’est souvent le cas avec les infections respiratoires. Y penser, toujours et n’en parler, jamais ! Parce que ce Covid-19 ne nous a sans doute pas livré tous ses secrets.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement Épidémie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants