2 min de lecture Jean Castex

Coronavirus : les variants ont-ils "tendance à régresser", comme l'affirme Jean Castex ?

FACT CHECKING - Si les variants restent minoritaires dans les origines des contaminations en France, leur présence croît dans quelques départements.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Les variants ont-ils "tendance à régresser", comme l'affirme Jean Castex ? Crédit Image : BERTRAND GUAY / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Victor Goury-Laffont

Ce dimanche 25 avril au matin, le Premier ministre était à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle en visite d’inspection concernant les nouvelles mesures de quarantaine mises en place pour les voyageurs arrivant du Brésil, de l'Inde, du Chili, d'Afrique du Sud, d'Argentine et de Guyane. 

L’occasion pour Jean Castex de faire un petit point variant : "Je constate (...) que les variants non seulement sont très peu nombreux sur le territoire national, mais on tendance à régresser ces dernières semaines".

Sur le premier point, Jean Castex à raison : ces variants sont encore peu présents dans l’Hexagone. Si le virus P.1., dit brésilien, fait des ravages de l’autre côté de l’Atlantique et à fait mettre un genoux à terre à la ville de Manaus, en France, les cas de Covid-19 provoqués par le variant brésilien représenteraient moins de 1%. 

Les variants brésiliens et sud-africains représentent une part minime des contaminations selon Santé publique France. Ensemble, ils comptent pour 5% des infections seulement. Le journal Aujourd’hui en France explique même que ce chiffre est passé, selon une étude réalisée entre mi-mars et mi avril, de 5% à 4%.

À lire aussi
Coronavirus Portugal
Coronavirus : le Portugal autorise les voyages touristiques pour la plupart des pays européens

Les épidémiologistes sont partagés sur les possibilités d’un accroissement des variants comme le brésilien, particulièrement contagieux, à suivre de près avec les congés d’été.

Des variants peu présents sur le territoire, sauf dans quelques départements

Les propos de Jean Castex sont cependant à nuancer. Les variants brésilien et sud-africain n’ont pas surpassé le variant anglais, mais dans des régions comme l’Île-de-France, leur proportion a doublé en dix jours, passant de 4,5 à 8,4 %

Toutes les classes d’âge sont concernées par cette augmentation. Les variants sud africains et brésiliens dépassent les 10% dans cinq départements avec un trio de tête constitué de la Haute-Saône (23,4 %), de la Creuse (20,9 %) et de la Moselle (16,1 %). Ils sont particulièrement agressifs en Guyane, à Mayotte et à la Réunion, les régions-départements les plus proches des souches originelles.

Le variant indien, qualifié de double mutant, est celui qui inquiète. Deux cas importés ont été repérés en Guadeloupe sur des voyageurs de transit, mais aucune autre trace n'a été identifiée. Il a par ailleurs été détecté le 22 avril en Belgique chez des étudiants indiens passés par Paris.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jean Castex Coronavirus France Brésil
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants