1 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : le professeur Delfraissy favorable à "un vaccin proposé et non imposé"

INVITÉ RTL - Le président du Conseil scientifique estime qu'il faudra prioriser les populations les plus vulnérables lorsqu'un vaccin contre la Covid-19 sera déployé.

Yves Calvi_ 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi iTunes RSS
>
6 Minutes pour Trancher du 10 septembre 2020 Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Benjamin Hue

Faut-il rendre le futur vaccin contre le coronavirus obligatoire, alors que les Français comptent parmi les plus sceptiques au monde contre la vaccination ? Invité de la matinale de RTL ce jeudi 10 septembre, le professeur Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique qui éclaire le gouvernement depuis le début de la crise sanitaire, a affirmé qu'il était favorable à "un vaccin proposé mais qui n'est pas imposé".

"Il y a déjà des études d’opinion qui montrent que 25% des Français ne souhaiteraient pas être vaccinés. Après tout ça, je serai amené à formuler ma pensée.  Actuellement, je suis plutôt pour un vaccin qui est proposé mais qui n’est pas imposé", a-t-il expliqué. 

Le président du Conseil scientifique a cependant rappelé qu'il n'y aura probablement "pas de nouveau vaccin contre le Covid avant le premier trimestre 2021" et que ces derniers "auront une efficacité intermédiaire, c’est-à-dire que leur effet de protection ne sera pas de 90 à 100% mais probablement plus faible".

L'objectif sera alors de "prioriser un certain type de populations, en particulier les personnes les plus fragiles et les plus âgées", conformément aux préconisations déjà formulées par le Conseil scientifique et d'autres structures.

À lire aussi
Jean Castex, le 29 octobre 2020 Coronavirus France
Coronavirus : Jean Castex, du "monsieur déconfinement" au "monsieur reconfinement"

Le professeur a par ailleurs conseillé aux Français de se vacciner contre la grippe cet hiver. "C'est un mouvement un peu citoyen, cette année, d'essayer d'optimiser, d'augmenter le pourcentage de Français qui vont être vaccinés contre la grippe", a-t-il affirmé, soulignant que cette vaccination "permet chez les sujets les plus fragiles de se protéger".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants