1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : le pollen pourrait augmenter la transmission du virus
1 min de lecture

Coronavirus : le pollen pourrait augmenter la transmission du virus

VU DANS LA PRESSE - Dans une nouvelle étude, des scientifiques appellent la population à être vigilante dans les zones où se situent des arbres et des plantes libérant beaucoup de pollen.

Une femme allergique aux pollens (illustration)
Une femme allergique aux pollens (illustration)
Crédit : Philippe HUGUEN / AFP
Mélanie Costa

La présence de pollen favoriserait la transmission de la Covid-19... C'est ce que suggère une nouvelle étude, publiée le 22 juin, dans la revue Physics of Fluids. Selon les scientifiques, il faudrait alors faire preuve de plus de prudence lors des rassemblements en extérieur pendant la saison de pollinisation. 

L'étude, relayée par The Independent, a été dirigée par Talib Dbouk et Dimitris Drikakis de l'Université de Nicosie, à Chypre. Ils ont, en effet, trouvé une corrélation entre les taux d'infection au coronavirus et la cartographie des concentrations de pollen.


C'est lorsqu'une personne tousse ou éternue que les particules virales, en suspension dans l'air, pourraient se fixer au pollen, qui, lui, est par la suite dispersé par le vent. Ainsi, lorsqu'une personne inhale des micrograins de pollen où le virus est attaché, il existe un risque de transmission par voie aérienne, expliquent les chercheurs.

Distanciation physique insuffisante

Autre problème : l'étude révèle que la présence de pollen affecterait également la charge virale transportée dans l'air, entraînant alors une augmentation du risque d'infection. S'ajoute une autre donnée alarmante : ces grains de pollen contaminés peuvent aussi parcourir de plus longues distances que les gouttelettes de salive liquide. Et donc, contaminer potentiellement plus de personnes

À lire aussi

Les scientifiques incitent alors la population à être vigilante, surtout dans les zones où se situent des arbres et des plantes qui libèrent beaucoup de graminées. La distanciation physique de deux mètres entre les individus pourrait même être insuffisante, selon l'étude.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/