1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : "Le masque en extérieur aura peu d'impact", estime un épidémiologiste
1 min de lecture

Coronavirus : "Le masque en extérieur aura peu d'impact", estime un épidémiologiste

INVITÉ RTL - Alors que le nombre de contaminations au coronavirus repart à la hausse, l'épidémiologiste Martin Blachier déconseille d'imposer le port du masque en extérieur, peu efficace selon lui.

Martin Blachier, épidémiologiste, invité de RTL Midi du 30 juillet 2020
Martin Blachier, épidémiologiste, invité de RTL Midi du 30 juillet 2020
Crédit : RTL
Coronavirus : "Le masque en extérieur aura peu d'impact", estime un épidémiologiste
00:03:54
Coronavirus : "Le masque en extérieur aura peu d'impact", estime un épidémiologiste
00:03:54
Olivier Boy - édité par Louis Chahuneau

Hausse des contaminations, en particulier chez les jeunes, 247 clusters actifstrois régions en rouge, et 30.238 décès, les derniers chiffres de la Direction générale de la Santé ne sont pas très rassurants. Alors que le port du masque en milieu clos a été imposé le 20 juillet (sauf dans les cinémas), certains, comme le ministre de la Santé, Olivier Véran, recommandent le port du masque à l'extérieur

Une mesure qui ne fait pas l'unanimité, notamment pour Martin Blachier, médecin épidémiologiste à Paris : "Tous les clusters documentés sont en intérieur : bars, bureaux, fêtes dans des péniches. Il n'y a quasiment aucun cluster identifié en extérieur, même après la Fête de la musique. Il faut continuer à maintenir le masque dans les lieux clos, mais vouloir l'imposer partout ne s'appuie pas sur des faits scientifiques très solides."

"Le risque de perte de contrôle est assez faible

Martin Blachier, médecin épidémiologiste à Paris

La hausse des températures prévue pour les prochains jours ne plaide pas non plus en faveur d'une telle mesure selon lui. "Obliger les gens à le porter à l'extérieur sous 40 degrés va rajouter de la nervosité dans la société", annonce Martin Blachier. 

L'épidémiologiste recommande donc la prudence lors des événements en plein air, en particulier lorsque des personnes âgées sont présentes : "La contamination se fait quand la charge virale dans l'air est trop importante, donc quand l'air n'est pas renouvelé. Si vous êtes dans le jardin, le risque est vingt fois inférieur. S'il y a une personne âgée, soit vous mettez un masque, soit vous laissez deux mètres de distance."

À lire aussi

Si les cas de contamination sont repartis à la hausse, Martin Blachier se veut rassurant : "On est sur quelque chose d'ascendant, parce qu'on a laissé des clusters se développer dans des lieux clos avant le port du masque obligatoire. La circulation virale augmente mais le risque de perte de contrôle est assez faible."

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.