2 min de lecture Vaccin

Coronavirus : le futur vaccin est encore loin d'être obligatoire

FACT CHECKING - L'annonce d’un futur vaccin a déchainé les passions et de nombreuses fausses informations apparaissent à propos d’une future vaccination obligatoire.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Coronavirus : le futur vaccin est encore loin d'être obligatoire Crédit Image : ALIX GUIGON / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin

"Non au piquage de toute la population", "Dans mon corps, ne rentrera pas le liquide de la dictature", "Vaccin obligatoire = insurrection", quelques réactions, tout à fait modérées, recueillies sur les réseaux par des anti vaccins particulièrement remontés après l’annonce du laboratoire Pfizer. Mais encore plus depuis que Yannick Jadot, le député européen Europe-Ecologie Les Verts, a déclaré mardi qu’il était favorable à une vaccination obligatoire.

Une porte ouverte pour les tenants du complot que l’on appelle "Big Pharma", selon lequel aucun gouvernement, ni opposition, ne peut résister aux souhaits des laboratoires pharmaceutiques. 

Premier pépin dans la réflexion des complotistes : pour l’instant, on n'y est absolument pas. Pour l’instant, aucune date de vaccination n’est fixée par le gouvernement. On sait que des catégories de la population seront prioritaires comme le personnel de santé, les personnes âgées ou à risques. 

Quand au caractère obligatoire, la Haute autorité de santé à lancé lundi une consultation publique mais à considéré, je cite, "que, dans le contexte actuel, la vaccination contre la Covid-19 ne devrait pas être obligatoire, ni pour la population générale, ni pour les professionnels de santé". 

À lire aussi
coronavirus
Coronavirus : le Danemark "prête" 55.000 doses du vaccin AstraZeneca à l'Allemagne

Voilà ce qu’il en est aujourd’hui et non, le gouvernement ne peut pas rendre obligatoire un vaccin comme il le souhaite juste en claquant des doigts.

Comment un vaccin devient-il obligatoire ?

Il faut pour cela passer par la loi, comme en 2018, par exemple, lorsque onze vaccins étaient devenus obligatoires pour les enfants. Le projet de loi, déposé et défendu par la ministre de la Santé de l'époque Agnès Buzyn, avait été approuvé par l'Assemblée nationale et par le Sénat. 

Une partie de la population française est déjà vaccinée obligatoirement. Et cela dès le plus jeune âge. En 2015, le Conseil constitutionnel avait tranché sur le cas de deux parents qui ne voulaient pas vacciner leurs enfants contre trois maladies, la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, vaccins obligatoires. Le Conseil constitutionnel a jugé que la vaccination obligatoire des enfants est conforme "à l'exigence constitutionnelle de protection de la santé".

Concernant les adultes, aujourd’hui on conseille, on n'oblige pas le vaccin contre la grippe comme, souvenez vous, contre le H1N1 en 2009 et les polémiques apparues à l’époque sur l'air de "trop de prudence", un son de cloche étonnant avec le recul de 2020.

L’histoire vient à notre secours. En 1902, le gouvernement décide de rendre obligatoire l'injection contre la variole puis lève cette obligation vaccinale en 1984. Même chose pour le BCG. Le vaccin contre la tuberculose n’est plus obligatoire depuis 2007. C’est le cas ainsi pour de nombreuses maladies. 

La France est devenue "vaccino sceptique". En 2019, une étude réalisée pour une ONG britannique montrait qu’un Français sur trois pense que les vaccins sont dangereux, on le voit encore avec le coronavirus. Les anti vax fourbissent leurs armes, l’injection d’intox ne fait que commencer. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vaccin Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants