1 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : la maladie de retour dans les eaux usées

Les traces de Covid-19 dans les eaux usées restent minimes, mais en hausse depuis le dernier pic épidémique. Celles-ci pourraient annoncer une nouvelle vague de l'épidémie.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Coronavirus : la maladie de retour dans les eaux usées Crédit Image : AFP / Grégory Boissy | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Sophie Jousselin
Sophie Joussellin
édité par Nicolas Barreiro

L'ancien "monsieur déconfinement", Jean Castex a annoncé ce mercredi 8 juillet qu'un plan de reconfinement "ciblé" était prêt en cas de deuxième vague de coronavirus. En attendant cette éventualité, les autorités surveillent de près l'évolution du virus, en particulier dans les eaux usées.

Il s'agit d'un excellent thermomètre afin de surveiller et prévenir un éventuel rebond épidémique. En effet, des traces du virus restent dans les selles des malades, celles-ci sont repérables et quantifiables. Plus on trouve de traces, plus la maladie est présente.

De plus, ces traces de virus sont détectables avant même que les malades ne développent de symptômes de la Covid-19. En Île-de-France, les eaux usées sont régulièrement analysées. Les résultats inquiètent les chercheurs. Ils démontrent la présence, minime, de traces du virus. Une présence néanmoins en hausse après une diminution à la fin du pic épidémique. 

Il reste trop tôt pour en déduire une deuxième vague. Récemment, une étude italienne montrait qu'il y avait déjà des traces de coronavirus dans les eaux usées de Turin et de Milan et ce, deux mois avant la découverte des premiers malades.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Eau
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants