1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : "La France n'a pas les moyens de surveiller le variant", estime le Pr Pialoux
1 min de lecture

Coronavirus : "La France n'a pas les moyens de surveiller le variant", estime le Pr Pialoux

INVITÉ RTL - Gilles Pialoux, chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Tenon à Paris, est revenu sur les nouvelles mesures sanitaires et l'arrivée du variant britannique en France.

Le Pr Gilles Pialoux, chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Tenon.
Le Pr Gilles Pialoux, chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Tenon.
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Coronavirus : "La France n'a pas les moyens de surveiller le variant", estime Gilles Pialoux
11:14
Coronavirus : "La France n'a pas les moyens de surveiller le variant", estime Gilles Pialoux
11:14
Thomas Sotto & Cassandre Jeannin

Le gouvernement a pris ce jeudi 7 janvier de nouvelles mesures concernant la situation sanitaire en France. "On est dans une situation où on a l'impression que les mesures sont prises dans l'urgence, déplore Gilles Pialoux, chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Tenon à Paris, au micro de RTL. C'est assez désolant alors qu'on devrait être dans une période où je pensais que ce serait un moment de joie et d'allégresse" avec l'arrivée des vaccins. "Le problème n'est pas tellement le couvre-feu et le confinement c'est comment on en sort", estime le médecin.

Concernant le variant anglais, pour lequel deux clusters ont été détectés en Bretagne et en Île-de-France, il "nous inquiète" pour plusieurs raisons, dit-il : "la France n'a pas les moyens de surveiller ce variant" et "est-ce qu'il aura un impact sur la réponse vaccinale ?".

À propos des vaccins, "il faut augmenter la voilure, assure Gilles Pialoux, on ne peut pas se permettre de dire 'on va au rythme où on va'". "On a eu de cesse de courir derrière (le virus, ndlr) et de ne pas avoir un temps d'avance", déplore-t-il. 

Y aura-t-il une troisième vague ? "C'est une querelle sémantique mais oui, il y a une circulation importante du virus et je pense que Jean-François Delfraissy (président du Conseil scientifique, ndlr) l'a dit suffisamment on a une possibilité non négligeable d'avoir la reprise d'une troisième vague importante".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/