1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : "L'épidémie est probablement derrière nous", estime le Pr Juvin sur RTL
2 min de lecture

Coronavirus : "L'épidémie est probablement derrière nous", estime le Pr Juvin sur RTL

INVITÉS RTL - Les professeurs Philippe Juvin et Jean-François Toussaint font le point et dénoncent le manque de préparation du système français face à la pandémie.

Le chef des urgences de l'hôpital européen Pompidou Philippe Juvin.
Le chef des urgences de l'hôpital européen Pompidou Philippe Juvin.
Crédit : VALENTIN FLAURAUD / CHAM / AFP-Services
Coronavirus : "L'épidémie est probablement derrière nous", estime le Pr Juvin sur RTL
08:23
Coronavirus : "L'épidémie est probablement derrière nous", estime le Pr Juvin sur RTL
08:23
Yves Calvi

L'épidémie de coronavirus est encore d'actualité, le déconfinement n'est pas encore totalement en place en France, mais l'heure est déjà aux premières conclusions sur la gestion de la crise. 

Au micro de RTL, Jean-François Toussaint professeur de physiologie à l’Université de Paris, et directeur de l’IRMES et le Philippe Juvin, chef du service des urgences de l'Hôpital Pompidou, font le point sur l'évolution de la pandémie.

"L'épidémie est probablement derrière nous, considère le Pr. Juvin. Il y aura des clusters, des bouffées, qui n’auront pas la même intensité de la première épidémie." Désormais, selon lui, la priorité absolue, "c'est de déconfiner".

Il explique : "Le confinement a eu des effets catastrophiques sur l'économie, sur les droits et sur la santé (il y a eu des morts à cause du confinement). On ne pouvait pas faire autrement. Toutefois, les Allemands ont été plus malins que nous : ils ont confiné par région, moins durement, et surtout, sont sortis beaucoup plus vite."

Ce confinement dur a été la conséquence de notre sous-équipement

Philippe Juvin, chef du service des urgences de l'Hôpital Pompidou
À lire aussi

Cela nous conduit à la question de la préparation de la France et de son système de santé par rapport aux pays voisins. L'Allemagne a notamment pu déconfiner rapidement grâce à un grand nombre de places en réanimation. "Ce confinement dur a été la conséquence de notre sous-équipement", estime le Pr. Juvin. 

Jean-François Toussaint abonde : "Cette vague de confinement n'a pas été choisie par tous les pays. Ce que l'on voit à la fin, c'est qu'il n'a eu aucun effet sur le nombre de décès par million d'habitants. Ce qui est important, ce sont les mesures de distanciation pendant la phase pandémique, mais le confinement généralisé n'a aucun effet sur le nombre de morts".

"On ne le savait pas à l'époque donc il fallait le tenter, poursuit-il. Mais il fallait s'adapter. On a eu un défaut d'adaptation en mars, lorsqu'on a vu apparaître les écarts entre les prévisions catastrophiques et la réalité."

Pour Philippe Juvin, le confinement est "d'une manière évidente", un aveu de faiblesse et de pauvreté face à la crise sanitaire : "à partir du moment où vous n'aviez pas de tests, pas de masques, pas de places en réanimation, il fallait confiner." 

Partout dans le monde, l'épidémie est en train de descendre

Jean-François Toussaint professeur de physiologie à l’Université de Paris

"Si on a une récession importante, il y aura des morts dus au confinement et à un déconfinement trop lent, ajoute-t-il. Les dégâts seront considérables si on ne déconfine pas vite. Les Allemands ont publié dès le 23 janvier la technique de la PCR, une semaine plus tard, tous les laboratoires ont eu la possibilité de faire le test. Nous, trois mois plus tard, n'y arrivons pas."

En ce qui concerne une potentielle seconde vague, le professeur Toussaint estime que la France sera mieux préparée : "Qu'elle arrive dans six mois ou dans 16 ans", nous serons préparés grâce à "un certain nombre de leçons que nous avons tiré". "Ce que l'on voit dès a présent, c'est la même dynamique partout dans le monde, c'est en train de redescendre."

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/