2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : l'ARS va ouvrir "plusieurs centaines de lits supplémentaires" en Île-de-France

INVITE RTL - Le directeur de l'Agence régionale de Santé Île-de-France Aurélien Rousseau affirme que la mobilisation du privé va permettre d'accueillir plusieurs centaines de malades du Covid-19 dans les services de réanimation dans les prochains jours. Mais le pic de l'épidémie n'a pas encore été atteint.

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Coronavirus : l'ARS va ouvrir plusieurs centaines de lits supplémentaires en Île-de-France Crédit Image : AFP | Crédit Média : Yves Calvi | Durée : | Date : La page de l'émission
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Les hôpitaux franciliens sont proches du point de rupture mais ils tiennent encore. Confrontés à une accélération du nombre de patients atteints du Covid-19 dans un état grave depuis le début de la semaine, les services de réanimation d'île-de-France redoublent d'effort pour augmenter leurs capacités, malgré un manque de moyens récurrent, et faire face à une crise sanitaire sans précédent dont le pic se fait toujours attendre.

"La vague est là. Les chiffres sont vertigineux. 1.300 personnes sont en réanimation, beaucoup sont intubés ou ventilés. C'est la situation la plus grave. Nous continuons de monter des digues pour être plus haut en espérant que la vague s'amenuise, notamment avec les effets du confinement", explique Aurélien Rousseau directeur général de l'Agence régionale de Santé d'île-de-France, invité de RTL ce vendredi 27 mars.

Alors que 8.762 cas de coronavirus ont été confirmés en Île-de-France le 26 mars, soit plus de 1.102 nouveaux cas en 24 heures, les capacités d'accueil des services de réanimation de la région s'approchent dangereusement du point de bascule. Et le pic de l'épidémie n'est pas encore atteint. Pour ne pas être submergée, l'ARS a mobilisé le secteur privé pour amer des lits supplémentaires. 

"1.500 lits étaient prévus en réanimation pour les malades du Covid-19", rappelle Aurélien Rousseau, précisant que "600 personnes sont toujours en réanimation pour d'autres raisons par ailleurs". "Nous avons déjà beaucoup monté nos capacités. On a devant nous à peu près 200 lits de disponibles. Mais, dès aujourd'hui, nous allons être en situation d'ouvrir dans le privé, via l'APHP et hors APHP, plusieurs centaines de lits complémentaires pour tenir quelques jours de plus", ajoute-t-il. 

À lire aussi
Le déconfinement, ici au Sacré Coeur à Paris, a débuté le lundi 11 mai en France coronavirus
Coronavirus : non, une deuxième vague n'est pas inévitable

Alors que la situation devient particulièrement préoccupante en Seine-Saint-Denis, où les services d'urgences sont débordés devant l'afflux importants de cas graves, Aurélien Rousseau souligne que la gestion des patients est opérée à l'échelle régionale. "Ce n'est pas parce qu'un patient est malade en Seine-Saint-Denis qu'il sera forcément hospitalisé là-bas. Nous faisons de la régulation, il sera transféré et pris en charge en île-de-France. Aujourd'hui, tous les patients qui requièrent une place en réanimation sont dans les services".

Les hôpitaux ont besoin de volontaires

Outre le manque de capacités d'accueil, le manque d'équipements et de personnels se font cruellement sentir dans les hôpitaux franciliens. Le directeur général de l'ARS île-de-France en appelle à la mobilisation de toutes les personnes travaillant ou ayant travaillé dans le secteur de la santé pour aider les hôpitaux à répondre à la crise et anticiper la forte tension qui s'annonce dans les jours à venir.

"Nous avons mis en place la plateforme Renforts-Covid pour faire appel à cette mobilisation générale. La réponse est impressionnante. 8.600 personnes se sont inscrites, dont 2.600 infirmiers, 2.100 aides-soignants, 1.500 médecins, des brancardiers, des cuisiniers. Tous ces personnels sont prêts à venir à l'hôpital. Mais il faut aller encore plus car cette crise va durer et il faut tenir dans la durée", souligne le dirigeant.

Les personnes désireuses de s'engager dans cet effort collectif peuvent s'inscrire sur la plateforme Internet Renforts-Covid. Etudiants, professionnels, actifs ou retraités, les volontaires doivent disposer d'une formation ou de compétences médicales reconnues : médecin, conducteur d'ambulance, aide soignant, chirurgien, préparateur de pharmacie... La liste des métiers concernés est répertoriée sur le site officiel.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Hôpitaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants