2 min de lecture Risque sanitaire

Coronavirus en France : non, il n'y a pas eu moins de morts en 2020 qu'en 2019

Depuis le printemps, l'Insee est l'une des cibles des Covid-sceptiques. L'Institut de statistique est accusé de gonfler les chiffres des décès en France afin de donner raison aux mesures sanitaires prises par le gouvernement.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Coronavirus en France : non, il n'y a pas eu moins de morts en 2020 qu'en 2019 Crédit Image : JEFF PACHOUD / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Marie Gingault

Un an après l'arrivée de la pandémie, les soignants sont nombreux à espérer l'efficacité et l'entrée en vigueur rapide d'un vaccin pour sortir de cette crise, et puis il y a les autres. Il y a ceux qui pensent que le virus n'est finalement pas aussi dangereux que ce que l'on croit, la preuve avec un tweet particulièrement viral. 

"Sans commentaire. Nombre de décès en France en 2019 : 619.286. Nombre de décès en France au 26 décembre 2020 : 611.748. Source Insee. Quelle pandémie ? #dictaturesanitaire", peut-on lire dans ce message posté juste avant le Nouvel-An. Un peu plus tard, le même tweet avec le même message, mais cette fois-ci un fond noir avec des chiffres de décès supérieurs en 2019 qu'en 2020. 

Le message est clair : la Covid-19 n'a aucun impact sur la mortalité en France... mais ces chiffres sont évidemment faux. Ils ont été démentis par l'AFP qui a repéré cette intox et surtout par l'Insee, (l'Institut national de la statistique et des études économiques), mis en cause par cette fausse information. D'ailleurs, quand on va sur le site de l'Insee sur la page "nombre de décès quotidiens" on s'aperçoit qu'il y a une totale erreur de comptage dans cette intox. 

Trop tôt pour connaître l'impact du virus sur la mortalité

Entre le 1er janvier et le 7 décembre, il y a eu 617.197 décès en 2020 et pas 611.000. En comparaison, en 2019 c'était 613.243 personnes décédées sur toute l'année et non 619.000. De plus, contrairement à ce qu'affirme cette fausse information, il est trop tôt pour connaître l'impact du virus sur la courbe des décès en France. Pour cela, il est inutile de comparer les 12 mois de 2019 aux 12 mois de 2020 puisque l'épidémie ne s'est enflammée qu'à partir du 14 mars dernier au stade 3. À ce moment-là, il y a déjà 91 décès.

À lire aussi
épidémie
Coronavirus : le nombre d'hospitalisations sur un plateau élevé, le taux de positivité en hausse

Si l'on élargit un peu, du 14 mars au 14 décembre, selon l'Insee le taux de décès en 2020 est déjà 12% supérieur aux deux années précédentes.  Bien sûr, il s'agit des décès toutes causes confondues et non pas seulement imputées à la Covid-19. Si l'on ne peut pas encore faire le bilan, il y a toutefois une tendance chiffrée qui se dessine. En janvier 2021, affirmer que le virus n'existe pas ce n'est plus un mensonge, mais c'est un déni de réalité. 


Depuis début juin, l’Insee est une cible des Covid-sceptiques. L’Institut de statistique travaille sur des données transmises par les communes concernant leur avis de décès. C’est donc fiable, parfois ça prend du temps, mais si avec cette pandémie on a découvert qu’en France on possédait beaucoup d’immunologistes sur les réseaux sociaux, on ne savait pas que l’on avait autant de statisticiens. Des personnes qui détournent les informations et dénoncent l’Insee, accusé de gonfler les chiffres pour donner des arguments aux confinements et aux mesures sanitaires. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Risque sanitaire Médecine Vaccin
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants