1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Cancer : la France doit faire mieux dans la prévention contre l'alcoolisme
2 min de lecture

Cancer : la France doit faire mieux dans la prévention contre l'alcoolisme

L'alcool est responsable de 41.000 décès par an dont 16.000 par cancer. Pourtant, les moyens ne sont pas au niveau de ceux engagés dans la lutte contre le tabagisme.

L'alcool est responsable de 16.000 décès par cancer chaque année.
L'alcool est responsable de 16.000 décès par cancer chaque année.
Crédit : krisanapong detraphiphat / GETTY
Cancer : la France doit faire mieux dans la prévention contre l'alcoolisme
02:53
Virginie Garin - édité par Gaétan Trillat

Dans sa stratégie contre le cancer, Emmanuel Macron veut améliorer la prévention et lutter contre les excès de l'alcool, responsable de 41.000 décès par an, dont 16.000 par cancer. Si sur le tabac les gouvernements ont mis le paquet depuis 20 ans, avec un prix multiplié par 3, l’instauration du paquet neutre et le remboursement des substituts pour arrêter de fumer, sur l'alcool en revanche, peu de choses ont été entreprises depuis la loi Évin de 1991.

L’explication vient peut-être du fait que la France ne produit pratiquement plus de tabac (2.000 hectares), mais beaucoup de vin. Le secteur fait travailler 100.000 personnes et de nombreux parlementaires sont issus de régions viticoles. Il est donc très compliqué de faire voter des lois pour limiter la consommation.

La consommation est certes en baisse constante depuis 50 ans, mais la France reste quand même l'un des pays qui boit le plus au monde : elle se classe 6e sur 34 parmi les pays de l'OCDE. De plus, la baisse ralentit depuis quelques années et depuis la crise de la Covid, 10% des Français disent qu'ils boivent plus d'alcool qu'avant.

Pas de mention "boire tue"

Les mesures du plan cancer seront détaillées par le gouvernement dans les jours qui viennent. Mais il est clair que pour l'alcool, elles ne seront pas spectaculaires. Le président l'a dit lui même : "il ne faut pas tout confondre". Il ne s'agit pas de viser le "zéro alcool". Le tabac est un ennemi, pas l'alcool. C'est l'alcoolisme qu'il faut combattre.

À lire aussi

Il y aura des campagnes à destination des jeunes, une meilleure information sur les produits mais ne vous attendez surtout pas à des étiquettes comme sur les cigarettes : "boire tue".  Il y aura peut être un pictogramme signalant que trop d'alcool rend malade. Il y en a déjà un pour les femmes enceintes, mais il faut bien le chercher pour le voir.

Pour les addictologues, Il faudrait en faire davantage et notamment agir sur le prix, comme pour le tabac. En Russie, c’est par ce biais que les autorités sont parvenues à faire chuter la consommation au cours des deux dernières années : les Russes consomment aujourd'hui l’équivalent de 7 litres d’alcool pur par année en moyenne, contre 12 litres pour les Français.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/