1 min de lecture Médecine

Cancer : "40% des cas peuvent être détectés dans le sang", dit Patrizia Paterlini-Bréchot

INVITÉE RTL - Patrizia Paterlini-Bréchot, professeure de biologie cellulaire et d'oncologie, a été nommée parmi les trois finalistes du Prix de l'inventeur européen 2019.

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Cancer : "40% des cas peuvent être détectés dans le sang", dit Patrizia Paterlini-Bréchot Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245_MARTICHOUX
Elizabeth Martichoux et Claire Gaveau

Sa découverte pourrait révolutionner le dépistage des cancers. La chercheuse en oncologie Patrizia Paterlini-Bréchot a été nommée parmi les trois finalistes du Prix de l'inventeur européen 2019 de l'Office européen des brevets (OEB) pour avoir mis au point un test sanguin qui permet de dépister précocement le cancer.

Une "simple" prise de sang qui permet de "repérer les cellules tumorales qui sont diffusées dans le sang par le cancer". "Il faut savoir que lorsqu’un cancer est capable de diffuser ces cellules dans le sang, c’est le premier acte d’un long parcours qui prend plusieurs années et qui se termine par la formation de métastases", explique-t-elle au micro de RTL ce mardi 18 juin.

Une découverte déterminante alors que les patients atteints du cancer meurent à cause des métastases dans "plus de 95% des cas". "Le fait de détecter ces cellules précocement permet d’agir avant que les métastases ne se forment et donc d’empêcher de mourir", poursuit-elle.

Patrizia Paterlini-Bréchot explique dès lors qu'avec cette méthode, tous les cancers invasifs pourraient être détectés dans le sang, soit "environ 40% des cancers"

Quelle disponibilité pour les patients ?

À lire aussi
Un médecin (illustration) médecine
Espagne : une Britannique sauvée six heures après une crise cardiaque

Mais alors, pourquoi cette "simple" prise de sang a-t-elle été découverte seulement maintenant ? "Il y avait des défis technologiques, il fallait bien comprendre comment les métastases se formaient et ça a été compris au fur et à mesure des années, explique-t-elle. Surtout que ces cellules n’étaient pas forcément repérées car elles sont rarissimes".

Brevetée en 2012, cette nouvelle découverte n'est cependant toujours pas accessible car "toutes les avancées de la médecine demandent énormément d'études". "C'est très long, c'est coûteux évidement mais on ne peut pas valider un texte valable pour tous les cancers. Il faut valider cancer par cancer", détaille Patrizia Paterlini-Bréchot, qui n'est pas en mesure de donner un date d'accessibilité pour les patients. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médecine Cancer Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants