3 min de lecture Santé

Cancers du sein, du poumon et du pancréas : de nouveaux traitements encourageants

Au cours de la conférence annuelle de spécialistes du cancer de Chicago, des centaines de résultats de recherche ont été présentés par les spécialistes.

Un enfant souffrant d'un cancer (illustration)
Un enfant souffrant d'un cancer (illustration) Crédit : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Leia Hoarau
Leia Hoarau
et AFP

La plus grande conférence annuelle de spécialistes du cancer, organisée par la société américaine d'oncologie clinique (ASCO) se tient depuis vendredi 31 mai à Chicago, avec des milliers de cancérologues venus du monde entier.

Au cours de cette conférence, des centaines de résultats de recherche ont été présentés, pour plusieurs types de cancers. En voici trois principaux, concernant le cancer du sein, le cancer du poumon et le cancer du pancréas. 

Les études montrent globalement des résultats satisfaisants, des récidives moins systématiques et des réponses aux traitement plus positives. Ces résultats, en plus de permettre aux scientifiques d'en apprendre davantage sur le fonctionnement des cellules cancéreuses, pourraient également ouvrir ouvrir la voie à de nouvelles façons de soigner les patients. 

Cancer du sein

La première grande annonce a concerné un type de cancer du sein représentant les deux tiers de tous les cas chez les femmes avant la ménopause : les cancers du sein hormonodépendants.

À lire aussi
LES COMBATTANTES cancer
"Les Combattantes" : quand le cancer du sein modifie le rapport aux autres

Les résultats d'un essai clinique international ont montré que 70% des patientes ayant pris le comprimé de la molécule ribociclib étaient vivantes trois ans et demi après le début du traitement, contre 46% pour celles ayant pris un placebo, soit une réduction relative du risque de 29%.

Le traitement s'ajoute à une hormonothérapie (les femmes ayant pris le placebo suivaient ce traitement de base). Il est moins toxique qu'une chimiothérapie traditionnelle car il cible plus spécifiquement les cellules cancéreuses, en les empêchant de se multiplier.

"On peut en fait obtenir une meilleure réponse (...), ou mieux tuer le cancer, en ajoutant l'un de ces inhibiteurs de cycle cellulaire" en plus de l'hormonothérapie, a dit l'auteure principale de ces travaux, Sara Hurvitz.

Cancer du poumon

Les bonnes nouvelles concernant l'immunothérapie continuent. L'immunothérapie est une révolution en oncologie : ces traitements-là ont pour point commun de mobiliser le système immunitaire afin qu'ils attaquent les tumeurs, qui sont maîtres dans l'art de devenir invisibles pour les globules blancs.

Des centaines de molécules sont en cours de développement et beaucoup sont déjà sur le marché. Cela ne marche pas pour tous les types de cancers, ni pour tous les malades, mais chaque année des progrès sont enregistrés, parfois spectaculaires.

À la conférence de Chicago, les résultats du plus long suivi du médicament à succès pembrolizumab (Keytruda), sur 5 ans, ont été annoncés pour des malades du cancer du poumon non à petites cellules, le type le plus commun des deux principaux.

Près du quart des malades ayant pris du Keytruda sans avoir fait de chimiothérapie auparavant étaient vivants au bout de 5 ans (et 15% pour ceux qui avaient été traités par chimiothérapie), du jamais vu, selon le laboratoire Merck/MSD : avant l'immunothérapie, le taux de survie à 5 ans pour ce type de cancer était d'environ 5%.

"La perspective uniformément négative qui était associée avec un diagnostic de cancer du poumon non à petites cellules n'est absolument plus justifiée", affirmé Edward Garon, auteur principal, professeur à l'université de Californie Los Angeles. 

"Pour de plus de en plus de patients, il est vraiment remarquable que la survie ne se décompte plus en mois", dit un cancérologue présent à Chicago et qui n'a pas participé à cette étude, David Graham, du Levine Cancer Institute à Charlotte, en Caroline du Nord.

Cancer du pancréas

Les bonnes nouvelles sont rares concernant le cancer du pancréas, l'un des plus sinistres : le patient moyen vivra moins d'un an. Mais l'essai clinique d'une nouvelle thérapie semble prometteur : un tiers des patients étaient toujours en vie au bout de deux ans.

Il s'agissait cette fois de patients porteurs d'une mutation du gène BRCA, liée à une hausse du risque de plusieurs cancers dont ceux du pancréas et du sein. Cette mutation est celle qui a conduit l'actrice Angelina Jolie à une ablation préventive des deux seins.

La molécule utilisée dans l'essai clinique s'appelle l'olaparib (Lynparza, laboratoires Merck et AstraZeneca), déjà approuvée notamment pour le cancer des ovaires. Les malades ayant pris l'anticancéreux ont stoppé la progression du cancer pendant 7,4 mois (médiane) contre 3,8 mois chez ceux qui ont pris le placebo. 

Chez le quart des patients ayant vu leur tumeur se réduire, cette réduction s'est maintenue pendant plus de deux ans, dit l'auteure principale, Hedy Kindler, oncologue à l'hôpital de l'université de Chicago. Il ne s'agit donc pas de guérison, mais la médecin ajoute : "On peut transformer un diagnostic fatal en maladie potentiellement chronique, au moins pendant un moment, et garder la maladie sous contrôle".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Cancer Cancer du sein
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants