8 min de lecture Terrorisme

Fusillade aux Champs-Élysées : l'assaillant connu pour vouloir tuer des policiers

Un individu, seul, a ouvert le feu sur des policiers. Il était fiché S. François Hollande a confirmé que la piste terroriste était privilégiée. L'attaque a été revendiquée par Daesh.

Un agent de police sécurisant les abords des Champs-Élysées le 20 avril 2017
Un agent de police sécurisant les abords des Champs-Élysées le 20 avril 2017 Crédit : AFP
JulienAbsalon1
Julien Absalon
avec Philippe Peyre et La rédaction de RTL

Terreur sur les Champs-Élysées. Une fusillade a éclaté en plein cœur de Paris, dans la soirée de jeudi 20 avril, à trois jours du premier tour de l'élection présidentielle. Un policier a été tué à l'arme de guerre par un assaillant, lui-même abattu en riposte par les forces de l'ordre. Deux autres policiers ont été blessés, dont un gravement, lors de cet échange de tirs, mais son pronostic vital n'est pas engagé. Il s'agit d'une attaque terroriste revendiquée par Amaq, l'agence de propagande de Daesh.

L'attaque s'est produite peu avant 21 heures. Le suspect, dont l'identité est "connue" et "a été vérifiée", selon le procureur de Paris, est sorti d'une voiture pour tirer à l'arme automatique sur un fourgon de police au niveau du magasin Mark & Spencer sur l'avenue des Champs-Élysées. Un policier a été tué à cet instant. L'individu a tenté de prendre la fuite en courant, tout en tirant et blessant deux autres agents. Il a ensuite été abattu par les forces de l'ordre, selon le récit du porte-parole du ministère de l'Intérieur.

À lire aussi
Des policiers ont perquisitionné le domicile d'un couple de retraités, à Sunbury-on-Tharne. terrorisme
Attentat de Londres : les suspects auraient été hébergés par des retraités


Le quartier touristique a été complètement bouclé. Des policiers lourdement armés, ainsi que des militaires de la mission de protection Sentinelle, ont été mis à contribution pour sécuriser les lieux. Un hélicoptère survolait la zone.

>> Ce que l'on sait de l'attaque

Suivez l'évolution de la situation :

4h00 - Les internautes sont nombreux à envoyer des tweet positifs via le mot-clé #BellesChoses dans le but d'apaiser les esprits après l'attaque des Champs-Élysées.

3h00 - La classe politique française et notamment les différents candidats à l'élection présidentielle ont réagi à l'attaque.

2h30 - Emmanuel Macron, candidat d'En Marche! à la présidentielle, annule ses déplacements de campagne programmés vendredi 21 avril à Rouen et Arras. Il fera une déclaration à la mi-journée, a-t-il annoncé dans un communiqué. Cette décision intervient quelques heures à peine après celles de François Fillon et Marine Le Pen d'annuler également leurs déplacements.

2h25 - Les réactions dans le monde s'enchaînent. Le président des États-Unis, Donald Trump, s'est rapidement exprimé au sujet de l'attaque. De même pour Mariano Rajoy, le président du gouvernement espagnol : "Nous partageons la douleur du peuple français en ces temps difficiles", a-t-il assuré. Le premier ministre belge, Charles Michel, a condamné une "lâche et ignoble agression" et le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a exprimé sa "solidarité" sur Twitter : 

2h05 - Si François Fillon et Marine Le Pen ont annulé leur déplacement prévus vendredi 21 avril, dernier jour de la campagne avant le 1er tour dimanche 23 avril, les autres candidats n'ont pour l'heure pas prévu de changer leur programme.

1h58 - La chancelière allemande, Angela Merkel, a présenté ses condoléances au président de la République. "Ma compassion va aux victimes et à leurs familles", a cité son porte-parole Steffen Seibert sur Twitter.

1h40 - L'assaillant à l'origine de la fusillade était visé par une enquête antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers. 

1h30 - La maire de Paris, Anne Hidalgo, a réagit à l'attaque survenue sur l'avenue des Champs-Élysées. "Si notre ville est une fois encore mise à l'épreuve, je sais que la détermination des Parisiens à défendre leur mode de vie et leurs valeurs est totale", a déclaré la maire de Paris dans un communiqué. 

1h25 - Le ministre de l'Intérieur, Matthias Fekl, s'est rendu à l'hôpital au chevet des policiers et de la touriste blessés, a annoncé son porte-parole, Pierre-Henry Brandet. 

1h05 - L'association Flag !, qui défend les policiers et gendarmes LGBT contre les discriminations,  s'est émue sur son compte Twitter que le policier tué était un de leurs adhérents. 

00h55 - "L'identité de l'assaillant est connue et a été vérifé", a indiqué François Molins, le procureur de Paris. Il s'est cependant refusé à donner l'identité de cet homme, cela en raison des besoins des investigations. 

00h40 - Le procureur de Paris, François Molins, a indiqué qu'un point presse aura lieu vendredi 21 avril dans la journée, sans préciser d'heure pour le moment. Le procureur a souligné le fait que l'attaque contre des policiers a eu lieu au niveau du magasin Mark & Spencer sur l'avenue des Champs-Elysées. Il a également ajouté que deux policiers ont été blessés, l'un légèrement et son pronostic vital n'est plus engagé. L'autre policier blessé se trouve, lui, dans un état plus grave, toujours selon François Molins.

00h18 - Berlin se tient "aux côtés de la France". Sur Twitter, le ministère allemand des Affaires étrangères a déclaré : "Nouvelles choquantes de Paris. Nous pleurons les victimes et nous tenons de façon ferme et déterminée aux côtés de la France".

00h07 - L'enquête se concentre toujours sur la vérification de l'identité du suspect, pour le moment identifié comme étant Karim C. Il s'agit d'un homme qui fut condamné pour avoir tiré sur un policier durant une garde à vue, en 2001.

23h46 - François Hollande a annulé son déplacement programmé vendredi à Belle-Ile-en-mer (Morbihan) et Guingamp (Côtes-d'Armor).

23h31 - Daesh revendique l'attaque sur les Champs-Élysées, par le biais de son organe de propagande Amaq. Son nom de combattant a également été communiqué par le groupe jihadiste.

23h22 - Un hommage national sera rendu au policier tué, annonce le chef de l'État.

23h20 - Un conseil de Défense a été "convoqué" par François Hollande. Cette réunion de crise se tiendra ce vendredi 21 avril à 8 heures.

23h19 - François Hollande avance l'hypothèse terroriste : "Nous sommes convaincus que les pistes qui peuvent conduire à l'enquête, et qui devront révéler toute la vérité, sont d'ordre terroristes". Un conseil de défense se tiendra vendredi matin à 8 heures, a ajouté le président de la République.

23h19 - François Hollande s'exprime à l'Élysée. Il transmet ses "pensées" aux proches du policier tué et des deux agents blessés.

>
Fusillade sur les Champs-Élysées : "Les pistes sont d'ordre terroriste", annonce François Hollande Crédit Image : BFMTV | Crédit Média : BFMTV | Date :

23h15 - Une perquisition en Seine-et-Marne, liée à la fusillade, est en cours. Il s'agirait du domicile du suspect.

23h13 - Une touriste a été "légèrement blessée par balle" au cours de la fusillade, indique une source policière auprès de l'AFP. Elle a reçu "un éclat dans le genou" au cours de cette attaque dans laquelle un policier a été tué, deux ont été blessés et l'assaillant abattu.

23h09 - François Fillon et Marine Le Pen annulent tous leurs déplacements prévus ce vendredi.

23h08 - L'Élysée a tweeté une photo de la réunion de crise avec François Hollande et ses ministres Bernard Cazeneuve, Jean-Jacques Urvoas et Matthias Fekl.

23h02 - Selon nos informations, l'individu a agi seul. Il est connu des services de police et de l'antiterrorisme. Il est manifestement fiché S, un élément administratif qui ne suppose pas nécessairement des surveillances continues.

22h52 - Face aux rumeurs qui se propagent sur Internet, les autorités rappellent qu'il n'y a pas d'autre intervention de sécurité en cours sur les Champs-Élysées, hormis celle concernant la fusillade.

22h51 - L'assaillant a utilisé une "arme de guerre", a déclaré Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur qui s'est rendu sur place.

22h49 - Plusieurs candidats à la présidentielle ont réagi à l'attaque. Dans l'émission 15 minutes pour convaincre diffusée en ce moment même sur France 2, Emmanuel Macron a réagi en direct en témoignant sa "solidarité à l'égard de nos forces de police" et en ayant "une pensée pour la famille de la victime", tout en prévenant que "cette menace fera partie du quotidien des prochaines années". Benoît Hamon a tweeté son "soutien total" aux forces de l'ordre, François Fillon a rendu "hommage aux forces de l'ordre" et Marine Le Pen a évoqué son "émotion" vis-à-vis des forces de l'ordre "à nouveau prises pour cible". Jean-Luc Mélenchon a partagé sa "pensée émue".

22h45 - Bernard Cazeneuve a rendu "hommage" au policier tué ce soir.

22h43 - Une vidéo montre les évacuations qui se déroulaient sur les Champs-Élysées.

22h38 - Selon nos informations, il n'y avait pas d'explosifs dans la voiture abandonnée par l'assaillant. Les enquêteurs y ont trouvé une carte grise, avec le nom d'un homme. Reste à savoir si l'individu est propriétaire de cette voiture ou s'il s'agit d'une voiture volée. Son identité est en cours de vérification.


22h32 - François Hollande s'exprimera après une réunion de crise avec Bernard Cazeneuve, Premier ministre, et Matthias Fekl, ministre de l'Intérieur.

22h29 - Un témoin, Choukri Chouanine, gérant d'un restaurant situé rue de Ponthieu, dans une rue adjacente, a raconté à l'AFP avoir entendu une "fusillade brêve" mais avec "beaucoup de tirs". "On a dû cacher nos clients dans nos sous-sols", a-t-il ajouté.

22h23 - Vous pouvez consultez notre récapitulatif de ce que l'on sait, à l'heure actuelle, de cette fusillade.

22h20 - "Je n'ai pas à l'heure actuelle d'informations faisant état d'autres informations en parallèle de celui qui se déroule sur les Champs-Élysées", indique le porte-parole du ministère de l'Intérieur. Il n'y a donc pas eu d'autres coups de feu depuis la fusillade.

22h19 - Des mesures de confinement sont toujours en cours dans certains secteurs, mais certaines personnes bloquées dans des lieux ont pu sortir et quitter la zone quadrillée.

22h17 - "L'homme aurait agi seul" au moment des premiers coups de feu, affirme sur RTL le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

22h16 - Donald Trump s'est exprimé sur cette fusillade. "Il semble que ce soit une attaque terroriste", a affirmé le président des États-Unis, cité par l'AFP. Pour le moment, les autorités françaises n'ont pas effectué de déclaration en ce sens.

22h14 - Le Premier ministre Bernard Cazeneuve s'est rendu jeudi peu avant 22h00 à l'Elysée pour rejoindre François Hollande et faire un point sur la fusillade, qui intervient à trois jours du premier tour de l'élection présidentielle.

22h13 - La section antiterroriste du parquet de Paris ouvre une enquête.

22h04 - Suivez en direct RTL Grand Soir pour obtenir les dernières informations sur cette fusillade.

22h03 - Le porte-parole du ministère de l'Intérieur considère que les policiers ont été "délibérément pris pour cible". Sans vouloir privilégier d'hypothèse, l'attaque "ne serait pas à relier avec un autre fait", notamment un éventuel braquage qui aurait mal tourné. "A priori, c'est un fait qui s'est déroulé de manière indépendante".

22h02 - "Tout le quartier a été bouclé pour s'assurer que l'individu a agi seul et n'a pas bénéficié de complicités", ajoute le porte-parole du ministère de l'Intérieur, évoquant également des opérations de déminage.

21h57 - Outre le policier tué, deux agents de police ont été blessés, annonce le porte-parole du ministère de l'Intérieur sur BFMTV. "Peu avant 21 heures, une voiture est arrivée à hauteur d'un car de police. (...) Un homme est sorti du véhicule a ouvert le feu à l'arme automatique sur le car de police et a tué un policier. Il a tenté de partir en courant en essayant de viser et de prendre pour cible d'autres policiers. Il a réussi à en blesser deux autres. Il a été abattu par les forces de l'ordre. C'est un bilan extrêmement lourd", dit Pierre-Henry Brandet.

21h55 - Selon le syndicat Unité-SGP Police, l'assaillant aurait fait feu, à bord d'un véhicule, sur une voiture de police qui se trouvait à un feu rouge.

21h49 - Des personnes sont enfermées dans des magasins et restaurants, comme le confirme Julien Courbet, animateur sur RTL.

21h47 - La Brigade d'intervention et de recherche (BRI) est sur place, selon le syndicat de police Alliance contacté par BFMTV.

21h45 - Plusieurs stations de métro ont été fermées par mesure de sécurité. C'est notamment le cas de Champs-Élysées-Clémenceau et de Franklin D. Roosevelt.

21h35 - La préfecture de police confirme que l'assaillant a été "neutralisé", qu'un policier est mort et qu'un autre a été blessé.

21h28 - Une vidéo montre l'important dispositif de sécurité qui est déployé sur l'avenue.

21h26 - Selon nos informations, le tireur a été abattu.
21h25 - La préfecture de police demande à la population de respecter les consignes des force de l'ordre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Daesh Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788219985
Fusillade aux Champs-Élysées : l'assaillant connu pour vouloir tuer des policiers
Fusillade aux Champs-Élysées : l'assaillant connu pour vouloir tuer des policiers
Un individu, seul, a ouvert le feu sur des policiers. Il était fiché S. François Hollande a confirmé que la piste terroriste était privilégiée. L'attaque a été revendiquée par Daesh.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/en-direct-paris-fusillade-sur-les-champs-elysees-un-policier-et-l-assaillant-morts-7788219985
2017-04-20 21:21:00
http://media.rtl.fr/cache/KtaMM6mxLK_VJHlCyE3nAQ/330v220-2/online/image/2017/0420/7788221108_un-agent-de-police-securisant-les-abords-des-champs-elysees-le-20-avril-2017.jpg