2 min de lecture Terrorisme

La cellule jihadiste "Cannes-Torcy" face aux juges

20 hommes âgés de 23 à 33 ans seront jugés, jusqu'au 7 juillet, pour leur participation au sein de ce réseau terroriste longtemps considéré comme l'un des plus dangereux de France.

Stéphane Carpentier RTL Petit Matin Stéphane Carpentier
>
La cellule jihadiste "Cannes-Torcy" face aux juges Crédit Image : JACQUES DEMARTHON / AFP | Crédit Média : Cindy Hubert | Durée : | Date : La page de l'émission
Cindy Hubert et Léa Stassinet

La cellule avait été démantelée trois ans avant les attentats de Paris. À l'époque, les services antiterroristes français l'avait décrite comme la "plus dangereuse depuis les attaques du GIA algérien dans les années 1990". C'est à partir de ce jeudi 20 avril que les membres de la cellule "Cannes-Torcy" seront jugés aux assises de Paris. 

20 hommes, âgés de 23 à 33 ans seront poursuivis devant la cour d'assises spéciale, chargée de juger les crimes terroristes. Elle aura plus de 55 jours pour comprendre la genèse et le fonctionnement de ce groupe qui se préparait à commettre des actions ciblées sur le territoire français. Aujourd'hui, dix d'entre eux se trouvent en détention provisoire, sept sont libres sous contrôle judiciaire et trois autres sont visés par mandat d'arrêt (l'un est en fuite, et les deux autres sont soupçonnés d'être en Syrie). 

À lire aussi
Les policiers de la ville de Chicago, aux États-Unis États-Unis
Oklahoma City : un homme accusé de vouloir commettre un attentat arrêté

L'enquête commence en septembre 2012. Alors que Charlie Hebdo publie de nouvelles caricatures de Mahomet, une grenade est lancée dans une épicerie casher à Sarcelles. Par chance, le souffle de l'explosion ne fait qu'un blessé léger. Mais cette affaire va permettre de découvrir l'un des plus grands réseaux jihadistes français, composé de deux bandes de jeunes ultra-radicaux

Un leader obsédé par Mohammed Merah

L'une se trouve à Torcy, en Seine-et-Marne, et l'autre à Cannes, sur la côté d'Azur. Elles sont liées par Jérémie Louis-Sydney, désigné comme le chef de meute de la cellule, et déjà connu de la DCRI pour ses liens avec la mouvance salafiste. Décrit comme fantasque et violent, il vouait un culte à Mohammed Merah, l'auteur des tueries de Toulouse et Montauban en mars 2012. Jérémie Louis-Sydney meurt sous les balles des policiers venus l'interpeller au mois d'octobre. 

Les arrestations s'enchaînent, et les enquêteurs parviennent à mettre la main sur les projets du groupe. Lors des perquisitions, des pistolets mitrailleurs, des caméras et des canettes remplies d'explosifs sont retrouvées. Parmi les cibles visées par la cellule, on trouve un Mac Donald's, des casernes militaires, des associations juives mais aussi le carnaval de la ville de Nice

Les 20 accusés comparaissent pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste".Les audiences de ce procès hors-norme sont prévues jusqu'au 7 juillet

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Procès Assises
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788211476
La cellule jihadiste "Cannes-Torcy" face aux juges
La cellule jihadiste "Cannes-Torcy" face aux juges
20 hommes âgés de 23 à 33 ans seront jugés, jusqu'au 7 juillet, pour leur participation au sein de ce réseau terroriste longtemps considéré comme l'un des plus dangereux de France.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/la-cellule-jihadiste-cannes-torcy-face-aux-juges-7788211476
2017-04-20 12:17:50
http://media.rtl.fr/cache/4MyrU_syvsHhw9tLAiG9Hw/330v220-2/online/image/2017/0420/7788211536_cannes-torcy.jpg