5 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : Marine Le Pen est-elle le "clone" de son père ?

PORTRAITS (1/11) - Qui est vraiment Marine Le Pen ? La candidate à l'élection présidentielle s'est inscrite dans le sillon de son père, tout en s'en démarquant. Retour sur une personnalité franche et affirmée.

Marine et Jean-Marie Le Pen, le 20 mai 2014
Marine et Jean-Marie Le Pen, le 20 mai 2014 Crédit : FRANCK PENNANT / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

"On est soutenu par un parti politique mais on n'est pas la candidate du parti politique". Cette déclaration est signée par la candidate du Front national, ou plutôt celle qui est soutenue par le parti pour l'élection présidentielle. Invitée de l'émission Punchline sur C8, Marine Le Pen répondait aux questions de Laurence Ferrarri. Elle juge que "l'esprit de la Vème République veut qu'une présidentielle soit la rencontre d'une femme ou d'un homme avec le peuple". Ses mots sont d'ailleurs repris par d'autres membres de son équipe, comme David Rachline : "Ce n'est pas uniquement la candidate du Front national". 

Au-delà du programme qu'elle défend, Marine Le Pen souhaite se positionner comme la candidate de tous les Français. Elle les a d'ailleurs placés au centre de sa stratégie en prenant comme slogan de campagne "Au nom du peuple". Mais qui est donc Marine Le Pen ?

Une violente prise de conscience de la politique

Marine Le Pen, c'est avant tout celle qui n'était pas prédestinée à reprendre le flambeau de son père. Pourtant de ses deux sœurs, elle est sûrement celle qui avait le mieux cerné le personnage. Dans le livre La politique malgré elle (éditions La Tengo), les journalistes David Doucet et Mathieu Dejean reviennent sur la jeunesse de celle qui "a le don de faire fondre" Jean-Marie Le Pen. Et pour cause, "elle lui ressemble plus que ses autre filles". En novembre 2016 dans Une Ambition Intime, elle raconte être "la spécialiste de la gestion du bon moment" : "J'étais celle qu'on envoyait, j'avais un rôle de diplomate. je savais si c'était le moment de le déranger avec nos choses d'enfants". 

À lire aussi
Marine Le Pen sur le plateau du débat télévisé d'entre-deux-tours, le 3 mai 2017 Front national
Présidentielle : "Marine Le Pen a eu un pépin" avant le débat, confie Louis Aliot

Même si elle a baigné dans la vie politique depuis son plus jeune âge, s'inscrire dans les pas de son père ne s'est pas fait de façon naturelle pour Marine Le Pen. C'est même tout l'inverse. Le 2 novembre 1976, un attentat est perpétré dans l'immeuble des Le Pen, où cinq kilos de dynamite explosent. La candidate à la présidentielle est alors âgée de 8 ans et confie avoir gardé des "souvenirs extrêmement précis" de cette nuit. "Caroline et moi n'osions pas dire ce qui s'était passé à Marine, mais elle le savait déjà", raconte sa sœur Yann. Dans son autobiographie, dont un passage est cité dans le livre, Marine Le Pen écrit qu'"il aura fallu cette nuit d'horreur pour que je découvre que mon père 'faisait de la politique'". La politique restera omniprésente par la suite. La maison dans laquelle elle a grandi prenait davantage des airs de QG de parti que de foyer familial. Et tout ceci ne fit que l'en éloigner. "Elle en voulait à la politique et elle a tout fait pour ne pas en faire", raconte David Doucet à RTL.fr

La défense de son père coûte que coûte

Entre la vie bohème de ses parents, leur éducation anarchiste et le cadre autoritaire dans lequel elle a grandi, la sœur de Marie-Caroline et Yann "s'est forgée toute seule", explique l'auteur du livre. Marine Le Pen raconte sur M6 que : "Notre père était fort, notre mère était belle. Ils n’étaient pas souvent là, ils faisaient la fête, ils naviguaient. Avec mes sœurs, on avait le sentiment que rien n’avait d’importance. Je pense qu’on a en partie souffert de cela". Elle décrit Jean-Marie Le Pen comme "un être paradoxal", "capable de réagir froidement parce que quelque chose lui prenait l'esprit, ou alors présent pour nous". 

"Très tôt, elle va montrer un fort caractère. Elle est casse-cou et ne se laisse pas faire. Toute cette facette de sa personnalité va être renforcée par le fait qu'elle va constamment être dans la défense de son père, que ce soit à l'école ou dans sa vie professionnelle", ajoute David Doucet. Et ce sentiment prend toute son ampleur en 1985, lorsque Marine Le Pen a 17 ans. Libération titre sa une : "Torturés par Le Pen". Le journal avait recueilli "cinq témoignages accablants pour un homme politique qui a toujours nié les faits", pouvait-on lire en sous-titre. Selon Slate, le fondateur du Front national est soupçonné d'avoir torturé des gens lors de la guerre d'Algérie. À l'époque, l'information est reprise par tous les médias. À tel point que Jean-Marie Le Pen avait lâché à sa fille : "Peut-être que tu peux te dispenser d'aller au lycée aujourd'hui. Ça va tanguer sec"

Marine était sans doute celle qui me ressemblait le plus

Jean-Marie Le Pen
Partager la citation

Mais Marine Le Pen en décide autrement et se rend au lycée. "La tête haute, les lèvres serrées, elle fend les rangs en semblant les défier du regard, prête à répliquer à la moindre allusion aux accusations qui visent son paternel (...) Une légende familiale entoure cet épisode. Jean-Marie Le Pen le raconte encore avec émotion : 'Elle a été en cours en levant les bras ! Elle avait eu du cran. Marine était sans doute celle qui me ressemblait le plus'", lit-on dans La politique malgré elle

"Jean-Marie Le Pen, physiquement, moralement, les cheveux en plus"

En 1992, elle prête serment à la Cour d'appel de Paris et envisage de candidater à un prestigieux concours d'éloquence. Son père lâche : "Ça ne sert à rien que tu t'inscrives. Compte tenu du nom que tu portes, tu n'as aucune chance". Après un début de carrière difficile, Marine Le Pen finit par se faire à son patronyme. Au fil des années, celle qui proclamait dès l'école primaire sa volonté de devenir 'chef'" s'imposera comme une solution évidente pour le Front national. "Elle est celle qui a le tempérament le plus proche de son père. Ils sont tous les deux des fortes têtes, têtus et surtout, ils ont tous les deux un leadership naturel", explique David Doucet. 

Ils rendent coup pour coup

David Doucet, rédacteur en chef des Inrocks
Partager la citation

Le rédacteur en chef des Inrocks souligne également le côté "très bagarreur" de Jean-Marie Le Pen, qui semble avoir déteint sur sa fille : "Ils rendent tous les deux coup pour coup. C'est d'ailleurs ce qui pourrait expliquer pourquoi Marine Le Pen a créé le compte Twitter @Enimar68. Même si elle ne l'a jamais confirmé, il semblerait qu'elle tweete sous le nom d'Anne Lalanne (Anne, son deuxième prénom et Lalanne, le nom de jeune fille de sa mère ndlr). Quant à 'Enimar', il s'agit du surnom qu'elle avait étant plus jeune. "Le fait de tweeter anonymement, c'est une sorte d’exutoire pour celle qui a d'ailleurs grandi dans la conflictualité".

Marine Le Pen se décrit elle-même, dans Une Ambition Intime, comme étant "souvent de bonne humeur, avec un caractère plutôt égal, moins dure que l'image qu'elle peut donner". "Contrairement à Jean-Marie Le Pen, qui a beaucoup plus tendance à aller vers les autres, il est plus compliqué de briser son armure. Elle a plus de mal à se faire aimer. Elle n'est pas dans la séduction", nous raconte David Doucet. Autres aspects de sa personnalité, la candidate soutenue par le Front national est "persévérante, opiniâtre et surtout fidèle en amitié", note-t-il. Sa mère estime dans La politique malgré elle, que "Marine est le clone de son père. C'est Jean-Marie Le Pen, physiquement, moralement, les cheveux en plus".

À quelques heures du premier tour, RTL.fr vous propose de découvrir une série de portraits des candidats à l'élection présidentielle. Derrière les partis et les programmes, qui sont-ils vraiment ?

PORTRAITS DE CANDIDATS
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Marine Le Pen Front national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787653652
Présidentielle 2017 : Marine Le Pen est-elle le "clone" de son père ?
Présidentielle 2017 : Marine Le Pen est-elle le "clone" de son père ?
PORTRAITS (1/11) - Qui est vraiment Marine Le Pen ? La candidate à l'élection présidentielle s'est inscrite dans le sillon de son père, tout en s'en démarquant. Retour sur une personnalité franche et affirmée.
http://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-marine-le-pen-le-clone-de-son-pere-7787653652
2017-03-20 07:00:00
http://media.rtl.fr/cache/XlAJidnHlTYIWFp9xiq8mA/330v220-2/online/image/2017/0315/7787678429_marine-et-jean-marie-le-pen-le-20-mai-2014.jpg