5 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : Nathalie Arthaud, la candidate qui a la "révolte sincère"

PORTRAITS (3/11) - La candidate Lutte Ouvrière à l'élection présidentielle n'a rien perdu de son militantisme depuis son engagement pour le parti à 18 ans.

Nathalie Arthaud, le 26 mars 2017
Nathalie Arthaud, le 26 mars 2017 Crédit : GABRIEL BOUYS / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

L'emblématique "Travailleuses, travailleurs" a fait place à "l'union des travailleurs". Nathalie Arthaud a succédé à Arlette Laguiller lors de la présidentielle de 2012 comme candidate de Lutte Ouvrière. Elle rempile en 2017 avec sa deuxième candidature, pour laquelle elle s'est érigée en candidate de l'anti-système politique. 

Lors de son meeting aux Docks de Saint-Denis, fin mars, elle a réagi par rapport aux affaires qui rythment la campagne électorale : "Cela donne un peu plus de piquant que d'habitude (...) Là, on les voit, tels que nature, avec leur arrogance propre aux privilégiés. On les voit pris au piège de leur propre démagogie sur la justice, la tolérance zéro et ils sont pris en flagrant délit de mensonge". Nathalie Arthaud privilégie le travail de terrain. Elle a d'ailleurs fait partie des premiers candidats à recevoir les parrainages nécessaires. En tout, elle en a obtenu 637, soit dix de plus que Marine Le Pen, selon les chiffres communiqués par le Conseil constitutionnel.

Communiste et révoltée

Lorsque l'on demande à Jean-Pierre Mercier, son porte-parole et ami depuis plus de vingt ans, de décrire Nathalie Arthaud, il répond quasi immédiatement : "Elle a la révolte sincère. Elle ne joue pas". La candidate est professeur au lycée Le Corbusier, à Aubervilliers, depuis 2009. Elle y enseigne l'économie. Dès 2012, elle déclarait à Slate à propos de Jean-Luc Mélenchon : "Je suis communiste, pas lui". Elle s'expliquait : "Je n’ai pas de doute sur le fait que tôt ou tard une révolte va éclater. Nous sommes communistes, nous sommes révolutionnaires, nous pensons que les travailleurs peuvent transformer les choses en se battant, par leurs luttes. Être communiste, c’est avoir le programme d’exproprier la classe capitaliste. Et ce n’est sûrement pas parce qu’il y a eu cette caricature qu’est le stalinisme et qui a dénaturé cet idéal, qu’il faut s’interdire de faire le bilan du capitalisme".

À lire aussi
Benoît Hamon, le 12 mars 2017 présidentielle 2017
Pourquoi les comptes de campagne de Benoît Hamon sont au cœur d'une polémique


Cinq ans plus tard, sa ligne est identique. "Mélenchon veut ressusciter une vraie gauche autour de lui tout en expliquant que la bonne politique est possible dans le cadre de ce système, qu'il n'est pas besoin de mettre fin à la loi du marché et à la domination du capital", confie-t-elle à Libération. La lutte est toujours là. "Le courant est certes minoritaire mais il existe, il est vivant et conforté. Cela prouve qu’il y a dans la classe ouvrière des gens qui ne baissent pas les bras et se battent. Il y a à nouveau cette envie de résister, d’en découdre (...) Les travailleurs sont dans un rapport de force défavorable mais les choses peuvent changer vite", ajoute-t-elle.

Un militantisme tourné vers la jeunesse

Selon Jean-Pierre Mercier, Nathalie Arthaud est aussi une "militante". "Elle prend sa tâche avec professionnalisme. Je l'ai vu évoluer, c'est une bosseuse, elle travaille vraiment les sujets. Surtout, elle est à l'écoute de tout le monde. D'ailleurs, on la voit souvent prendre des notes. C'est une véritable éponge", raconte-t-il à RTL.fr. À la nouvelle génération, la candidate communiste dit : "Emparez-vous des idées de ce mouvement et de son passé, qui ont fait trembler la société capitaliste. Les jeunes doivent devenir des artisans conscients, des communistes", rapporte Le Figaro.

Nathalie Arthaud s'est "engagée très tôt dans les rangs de Lutte Ouvrière à l'âge de 17, 18 ans. Déjà, elle était très révoltée et choquée par les dérives de la société, se souvient Jean-Pierre Mercier. Depuis, elle a conservé son côté militant. Elle n'est pas démoralisée, elle est comme nous tous. Elle a une conscience politique inébranlable. C'est ce qui la fait vivre". Le 30 mars dernier, sur LCI, elle affirmait : "Ils ne me font pas peur. Ils roulent des mécaniques. Je suis consciente qu'il y a ces politiciens qui prétendent gouverner et incarner l'État. Au-dessus d'eux, il y a l'argent qui s'impose à eux. Il faut renverser cela. Il faut renouer avec mai 68". C'est d'ailleurs son militantisme qui l'amènera à rencontrer celui qui est son porte-parole pour cette campagne électorale : "J'ai rencontré Nathalie Arthaud à l'occasion d'une activité militante durant l'été. Sur nos congés payés, on parcourait la France pour aller à la rencontre des gens et discuter avec eux de Lutte Ouvrière".

L'après Arlette Laguillier

La candidate Lutte Ouvrière a surtout eu la difficile tâche de succéder à l'emblématique Arlette Laguiller. La relève a été assurée lors de la présidentielle de 2012 mais la candidate opère toujours sous le regard bienveillant de la première femme candidate à l'élection présidentielle. Lors de son meeting à Aubervilliers, elle était présente à ses côtés. “Nous avons connu des scores variables, de 5% à 0,5%. Et alors ? Ce sont entre 200.000 et 1,6 million de personnes qui ont choisi au moins une fois dans leur vie de voter pour des communistes révolutionnaires. Cela a permis que ne disparaisse pas la petite étincelle qui, si elle s’enflamme un jour, mettra le feu à la plaine !”, a déclaré Arlette Laguiller, comme le rapporte Les Inrocks.

Et de revendiquer le fait d'être "femme et travailleuse". “En 1974, nous étions la première organisation à avoir le courage de présenter une femme, et une travailleuse, à la présidentielle (…) Je disais : 'Je suis une femme, et j’ose me présenter à cette République d’hommes'. Ma candidature suscita le mépris. En 1976, le général Bigeard, ex-chef militaire et ministre de Giscard, proposa de me marier à un parachutiste pour me calmer (...) Pour nous, l’égalité hommes-femmes est un fait, une évidence, et je suis fière que nous ayons désigné une femme pour défendre les intérêts du camp des travailleurs”, a-t-elle déclaré devant les militants.

On est communiste et donc féministe

Jean-Pierre Mercier, ami de Nathalie Arthaud
Partager la citation

C'est dans cette lignée que Nathalie Arthaud s'inscrit. "Je suis très fière que ce soit elle qui nous représente. On voulait que ce soit une femme qui succède à Arlette Laguillier. On est communiste et donc féministe. On y tenait énormément mais ce n'est pas le seul critère. Nathalie Arthaud est la plus compétente", insiste son ami de vingt ans. Sur son site, la candidate a posté un billet intitulé "Femmes, travailleuses, manifestons-nous !". Dès les premières lignes, elle écrit : "Nous sommes le 8 mars. C’est la journée internationale des femmes. À ne pas confondre avec la fête des mères… comme certains patrons le font en offrant un bouquet de fleurs ou une séance de manucure à leurs salariés femmes !".

À quelques heures du premier tour, RTL.fr vous propose de découvrir une série de portraits des candidats à l'élection présidentielle. Derrière les partis et les programmes, qui sont-ils vraiment ?

PORTRAITS DE CANDIDATS
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Nathalie Arthaud Lutte ouvrière
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787844736
Présidentielle 2017 : Nathalie Arthaud, la candidate qui a la "révolte sincère"
Présidentielle 2017 : Nathalie Arthaud, la candidate qui a la "révolte sincère"
PORTRAITS (3/11) - La candidate Lutte Ouvrière à l'élection présidentielle n'a rien perdu de son militantisme depuis son engagement pour le parti à 18 ans.
http://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-nathalie-arthaud-la-candidate-qui-a-la-revolte-sincere-7787844736
2017-03-30 12:19:00
http://media.rtl.fr/cache/pnV_aSd75i_cqd0DFEJI1w/330v220-2/online/image/2017/0330/7787883440_nathalie-arthaud-le-26-mars-2017.jpg