5 min de lecture Présidentielle 2017

Emmanuel Macron, l'ovni politique séducteur et "insaisissable"

PORTRAITS (8/11) - En deux ans, Emmanuel Macron s'est imposé comme un incontournable de l'élection présidentielle. Le candidat d'"En Marche !" mise sur le storytelling et les petites phrases médiatiques.

Emmanuel Macron, le 12 avril 2017
Emmanuel Macron, le 12 avril 2017 Crédit : Eric FEFERBERG / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Huit mois après avoir démissionné du gouvernement, Emmanuel Macron semble avoir réussi son pari. Le candidat a lancé son mouvement "En Marche !", il a été rejoint par des personnalités politiques de gauche, de droite, du centre, des écologistes et des communistes. Et il fait la course en tête en vue du premier tour de l'élection présidentielle. Brutus, golden boy... Les surnoms ne manquent pas pour qualifier Emmanuel Macron. Son parcours et sa personnalité intriguent. Le Monde qualifie le candidat d'ovni en politique, Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du Parti socialiste, juge qu'il est à l'image d'"une start-up" : "Il incarne la gauche post-historique, pro-business et sociétale".

Dans le livre Emmanuel Macron, un jeune homme si parfait, Anne Fulda décrit que l'"enfant adulé par sa grand-mère chérie est pétri de paradoxes. C'est un alien de la Ve République, qui ne s'est pas construit comme la plupart de ses aînés contre une figure tutélaire étouffante mais dans une posture finalement assez gaullienne". Un "étrange héros des temps modernes", finit-elle par écrire. À noter la définition donnée par François Hollande, dans Le Point, sur sa définition de "héros" : "Être un antihéros, c'est déjà être un héros. Il remplit sa tâche avec dévouement et désintéressement. Il se veut courageux plutôt que téméraire. Il ne recherche pas la prouesse mais la robustesse". 

Une séduction omniprésente

L'ovni politique a très vite détonné par sa position d'électron libre au sein du gouvernement. Il n'hésite pas à contredire François Hollande et Manuel Valls sur certains sujets d'actualité, comme la déchéance de nationalité. Mais si Emmanuel Macron intrigue, c'est avant tout à cause des rumeurs concernant son rôle pour l'élection présidentielle. Allait-il devenir un important pilier de la campagne de François Hollande ? Être lui-même candidat ? Dès mars 2016, Emmanuel Macron avait commencé à tâter le terrain. 

À lire aussi
François de Rugy prononçant un discours à l'Assemblée nationale, le 15 septembre 2015 Primaire PS
Qui est François de Rugy, le nouveau président de l'Assemblée nationale ?

L'Express racontait alors qu'"en une semaine", celui qui est à l'époque ministre de l'Économie avait rencontré bon nombre de parlementaires, "souvent en tête-à-tête". "Voyons-nous pour discuter", leur aurait-il écrit par SMS, comme le rapportait le magazine. Sa cible ? Tout "ce que le PS compte d'orphelins ou d'élus en plein doute : des hollandais en froid avec Manuel Valls, des proches de Dominique Strauss-Kahn ou de Pierre Moscovici, des compagnons de route d'Arnaud Montebourg ou de Vincent Peillon", poursuit le magazine. Et cette technique du "réseautage" agace : "Il ne bosse pas, il se déplace peu, il est tout le temps en train de flatter, c'est tout pour sa gueule", confie un ministre à L'Express

La séduction est un art que semble pratiquer finement Emmanuel Macron. "Désir de convaincre et angoisse de déplaire" semblent être deux notions intimement liées chez le candidat, comme le souligne Anne Fulda dans son livre. "Comme s'il ne pouvait pas supporter l'idée de découvrir autre chose que l'approbation ou l'assentiment chez son interlocuteur. Comme s'il avait du mal à ne pas revoir les regards admiratifs qu'il a presque toujours croisés depuis son enfance : chez ses parents, sa grand-mère, ses professeurs, ses copains. Puis chez tous ceux qui l'ont aidé à gravir les échelons de la réussite parisienne", écrit la journaliste. Selon un ancien camarade l'ENA cité dans le livre, "il n'aime pas cliver, Emmanuel, il déteste ça. Il aime que tout le monde l'aime. C'est une espère ce phobie et probablement la raison pour laquelle il a mis tellement de temps à dévoiler son programme". 

La stratégie du storytelling

Emmanuel Macron, c'est aussi l'art du storytelling. Déjà dans la façon qu'il a eu de séquencer en différents épisodes la création de son mouvement politique "En Marche !", son départ du gouvernement, sa candidature à l'élection présentielle et son programme. Il en serait de même à propos de sa vie privée. "À lire certains articles, Emmanuel n'a pas de famille ! C'est quelque chose que je supporte très mal", confie sa mère Françoise Noguès-Macron dans Emmanuel Macron, un jeune homme si parfait. D'après elle, "on lui a créé une vie romancée (...) On (ses parents, ndlr) lui a quand même apporté quelque chose. On lui a apporté les valeurs de la famille, le goût du travail et le respect de la liberté". Son père, Jean-Michel Macron, juge qu'avec "Hollande, on manquait singulièrement de storytelling. Or un peuple a besoin qu'on lui raconte une histoire, ce que ce dernier n'a pas su faire (...) Nous étions des parents dans la moyenne qui s'occupaient de leurs enfants. une vie banale. On ne l'a pas mis dehors".

Ce n'est pas une stratégie d'exposer mon couple, c'est sans doute une maladresse

Emmanuel Macron, le 14 avril 2016
Partager la citation

Selon Les Échos, "Emmanuel Macron est l'un des seuls à reconnaître ce pouvoir du storytelling et des mots". Mais cette technique de communication "reste décriée dans notre pays, associée à la tromperie", souligne le quotidien, qui cite le chercheur français Christian Salmon. C'est une "'machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits'. Or, n’oublions pas que cet art du récit est une technique, par définition neutre, et dont l’usage seul peut être critiqué. Ainsi, mettre en scène sa vie personnelle peut parfois induire en erreur, mais tout aussi bien créer une relation affective sincère avec l’autre. En avril, Emmanuel Macron et son épouse Brigitte s'étaient affichés dans le magazine Paris Match", peut-on lire.

Cependant, le candidat à l'élection présidentielle avait qualifié cette médiatisation de "bêtise". "Mon épouse à laquelle je tiens beaucoup a parlé à une journaliste de Paris Match. Elle ne connaît pas le système médiatique et le regrette profondément. C'est une bêtise qu'on a faite ensemble. Ce qui m'importe le plus, au-delà de mon engagement, c'est mon couple. Mon couple, ma famille, c'est la chose à laquelle je tiens le plus. Ce n'est pas une stratégie de l'exposer, c'est sans doute une maladresse", expliquait-il devant les caméras de LCI.

Adepte de la provocation ?

La provocation est-elle son mode de fonctionnement ? Emmanuel Macron aura rythmé son passage à Bercy par quelques polémiques : 35 heures, statut des fonctionnaires, fermeture des abattoirs bretons Gad... Selon Damon Mayaffre, chercheur au CNRS joint par RTL.fr, ces petites phrases sont simples, courtes mais néanmoins lourdes de sens. "Cette technique de communication s'inscrit dans la solennité d'un discours. Ces petites phrases permettent de rester sur le devant de la scène politique. Emmanuel Macron est remarquable dans l'emploi de ces phrases car sa communication repose exclusivement sur cette technique. Et c'est ce qui est novateur. Avec son parcours, il n'a pas l'habitude des tribunes chers aux mouvements politiques. Ses interventions provoquent des réactions épidermiques et émotionnelles".

Ce type de communication repose sur l'interprétation faite par l'auditeur et non pas par celui qui s'exprime. Il ajoute : "C'est donc la façon dont ces commentaires sont repris qui est primordial. Le principal avantage est donc que chacun le percevra selon sa sensibilité au sujet et y trouvera ce qu'il cherche". Ainsi, Anne Fulda estime qu'"Emmanuel Macron est insaisissable. Multiple. Déterminé à ne donner que ce qu'il veut de sa part d'intimité mais à exposer généreusement ce qu'il désire mettre en valeur. Personne ne le connaît vraiment. il a peu d'amis. 'Emmanuel a besoin de tout le monde et de personne. On ne rentre jamais dans son périmètre. Il les mets à distance', assure sa femme".

À quelques heures du premier tour, RTL.fr vous propose de découvrir une série de portraits des candidats à l'élection présidentielle. Derrière les partis et les programmes, qui sont-ils vraiment ?

PORTRAITS DE CANDIDATS
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Emmanuel Macron La République En Marche
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788173137
Emmanuel Macron, l'ovni politique séducteur et "insaisissable"
Emmanuel Macron, l'ovni politique séducteur et "insaisissable"
PORTRAITS (8/11) - En deux ans, Emmanuel Macron s'est imposé comme un incontournable de l'élection présidentielle. Le candidat d'"En Marche !" mise sur le storytelling et les petites phrases médiatiques.
http://www.rtl.fr/actu/politique/emmanuel-macron-l-ovni-politique-seducteur-et-insaisissable-7788173137
2017-04-17 17:28:00
http://media.rtl.fr/cache/JbxGaXcC_0e6n_mcyRIbjQ/330v220-2/online/image/2017/0417/7788177442_emmanuel-macron-le-12-avril-2017.jpg