2 min de lecture Coupe de France

Pourquoi y a-t-il encore un PSG-OM mercredi soir ?

ÉCLAIRAGE - Trois jours après sa défaite (3-0) en clôture de la 27e journée de Ligue 1, Marseille a déjà droit à une revanche, mercredi 28 février (21h05) au Parc des Princes.

Presnel Kimpembe avec le PSG contre le Guingampais Ludovic Blas en janvier 2018
Presnel Kimpembe avec le PSG contre le Guingampais Ludovic Blas en janvier 2018 Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
GrégoryFortune77
Gregory Fortune
Journaliste RTL

La très grande majorité des amateurs de ballon rond connaissent bien sûr la réponse. Mais pour ceux qui suivent l'actualité footbalistique de plus loin, c'est loin d'être évident. Le PSG et l'OM sont de nouveau opposés dans ce qui reste l'une des affiches les plus attendues dans une saison.

Dimanche 25 février, les deux meilleurs ennemis nationaux se sont affrontés dans le cadre du championnat de France de 1re division, plus communément appelé Ligue 1. Trois jours plus tard, ils se retrouvent cette fois en quart de finale de la Coupe de France, un,e autre compétition, à élimination directe. Hasard du calendrier. Ainsi en a décidé la main "innocente" de l'animateur de France 3 Cyril Féraud lors du tirage au sort, jeudi 8 février.

Face aux Herbiers en 1/2 ?

Respectivement vainqueurs chez deux clubs de Ligue 2 au tour précédant, à Sochaux (4-1) et à Bourg-en-Bresse (9-0), Paris et Marseille sont deux des cinq clubs de l'élite encore en lice dans cette 100e édition de la Coupe de France. Avant leur affrontement, Strasbourg se rend à Chambly (National, l'équivalent de la 3e division). Jeudi 1er mars, Caen reçoit Lyon (21h00).

À lire aussi
Les Herbiers, club de tout un département, la Vendée football
Trois jours après la finale de la Coupe de France, les Herbiers relégués

Ces quarts ont débuté mardi 27 février avec l'exploit des Herbiers (National), petit club vendéen, face à Lens (L2). Les amateurs se sont imposés à l'issue de la séance des tirs au but (4-2, 0-0 à la fin du temps réglementaire et de la prolongation). Ils connaîtront leur futur adversaire avant le dernier quart.

Quelles équipes pour la revanche du "Clasico" ?

Outre l'absence de Neymar, le PSG devrait présenter un tout autre visage qu'en championnat face à l'OM. L'incertitude plane à de nombreux postes. Unai Emery lancera-t-il d'entrée Thiago Motta, Angel Di Maria ou Julian Draxler ? Edinson Cavani sera-t-il laissé au repos au coup d'envoi ? Réponses vers 20h05.

Côté Marseillais, il semble que Rudi Garcia soit tenté d'aligner sa meilleure équipe, avec les Florian Thauvin, Dimitri Payet, Luis Gustavo. Remis d'une blessure à une cuisse, Steve Mandanda devrait effectuer son retour dans les buts.La surprise pourrait venir de la titularisation de Jordan Amavi au poste de milieu gauche.

Coupe de France : résultat et programme des quarts

Mardi 27 février :
Les Herbiers (NAT) - Lens (L2) : 0-0, 4 tirs au but à 2

Mercredi 28 février :
18h30 : Chambly (NAT) - Strasbourg
21h05 : PSG - Marseille

Jeudi 1er mars :
21h00 : Caen - Lyon 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coupe de France Olympique de Marseille Paris Saint-Germain
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792451100
Pourquoi y a-t-il encore un PSG-OM mercredi soir ?
Pourquoi y a-t-il encore un PSG-OM mercredi soir ?
ÉCLAIRAGE - Trois jours après sa défaite (3-0) en clôture de la 27e journée de Ligue 1, Marseille a déjà droit à une revanche, mercredi 28 février (21h05) au Parc des Princes.
https://www.rtl.fr/sport/football/psg-om-pourquoi-un-deuxieme-clasico-en-quatre-jours-compos-probables-7792451100
2018-02-28 15:47:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/iTYUuPosOJC7eBQVnPKsmw/330v220-2/online/image/2018/0228/7792451123_presnel-kimpembe-avec-le-psg-contre-le-guingampais-ludovic-blas-en-janvier-2018.jpg