1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. PSG-Barça : pourquoi une "remontada" semble impossible quatre ans plus tard
3 min de lecture

PSG-Barça : pourquoi une "remontada" semble impossible quatre ans plus tard

ÉCLAIRAGE - Vainqueur 4-1 au Camp Nou en 8e de finale aller, Paris peut-il revivre au retour le cauchemar du 8 mars 2017, mercredi 10 mars (21h) au Parc des Princes ? Non, expliquent Florian Gazan et Dominique Séverac.

Marco Verratti et les Parisiens abattus le 9 mars 2017 au Camp Nou
Marco Verratti et les Parisiens abattus le 9 mars 2017 au Camp Nou
Crédit : Josep Lago / AFP
PSG-Barça : pourquoi une "remontada" semble impossible quatre ans plus tard
02:58
Gregory Fortune
Gregory Fortune

La démonstration du match aller n'a paradoxalement que renforcé la folle hypothèse : et si, quatre ans après la "remontada" aussi historique que traumatisante vécue au Camp Nou (défaite 6-1 après un succès 4-0 en 8e aller au Parc des Princes), le PSG se prenait encore les pieds dans le tapis, mercredi 10 mars (21h), en 8e de finale retour de Ligue des champions sur sa pelouse ?

Porté par un immense Kylian Mbappé (triplé), avec Marco Verratti en faux numéro 10 pour le servir en l'absence de Neymar (et Angel Di Maria), le Paris version Mauricio Pochettino a donné la leçon (1-4) aux Lionel Messi, Antoine Griezmann, Ousmane Dembélé, Gérard Piqué... dans son enceinte à huis clos.

Mais voilà, le club qui entend "rêver plus grand" a aussi réussi à se faire éliminer à ce stade de la compétition par Manchester United en mars 2019, alors qu'il s'était imposé 2-0 à Old Trafford au terme d'un autre match référence. Résultat : 1-3 au retour, avec un penalty concédé dans toutes les dernières secondes.

La manière d'aborder la rencontre est moins émotionnelle

Philippe Sanfourche

Marquinhos et Marco Verratti, qui ont vécu les deux fiascos, ont-ils retenu les leçons du passé ? Paris va-t-il franchir les 8es de finale une deuxième saison de suite, avec l'ambition de retourner en finale ? "On le saura dans les dix premières minutes de la rencontre, pour savoir dans quel état d'esprit ils sont, résume Philippe Sanfourche, chef de la rubrique football de RTL. On a envie de croire quand même que l'expérience finit par durcir un peu le cuir et surtout façonner les tronches".

À lire aussi

"J'ai l'impression que la manière d'aborder la rencontre est moins émotionnelle qu'elle n'a pu l'être par le passé", ressent aussi le spécialiste du club parisien, pour qui le fameux match de la remontada" a été marqué du sceau de la "peur" : "on le voit, les joueurs arrivent sur le terrain au Camp Nou, au bout de cinq minutes ils sont acculés sur leur but, ils prennent le premier. Tu sens le scénario catastrophe qui se dessine d'entrée de jeu". 

"Et après, il y a eu le cas Manchester United où là c'est tout l'inverse : tu fais un super match à l'aller et tu as l'impression que c'est tranquille, tu ne fais même pas de mise au vert, t'arrives les mains dans les poches au match retour. Là, j'ai l'impression qu'il y a une forme d'entre-deux qui paraît plus rassurant".

Les branches pourries ont été coupées

Dominique Séverac

"Moi je pense que les branches pourries ont été coupées, explique de son côté Dominique Séverac, journaliste au quotidien Le Parisien/Aujourd'hui en France. Thiago Silva n'est plus là, le capitaine qui recule et qui défend sur le périphérique parisien. Thomas Tuchel, qui est marqué par l'échec de Manchester, n'est plus là. Comme Unai Emery, qui aurait dû partir après la remontada, il ne pouvait plus incarner quoi que ce soit".

"Je crois à Navas, je crois à la force tranquille de Marquinhos, je pense que Pochettino est très très calme par rapport à cet événement. Je ne dis pas qu'ils vont gagner, je ne dis pas qu'ils vont faire un grand match, mais ils vont se qualifier", conclut celui qui était aussi invité de l'émission "On refait le match", samedi 6 mars.

Je n'y crois pas deux secondes à cette 'remontada'

Florian Gazan

Chroniqueur aux multiples casquettes, Florian Gazan va encore plus loin : "Moi, je n'y crois pas deux secondes à cette 'remontada', pour plein de raisons. D'abord parce que ce n'est pas du tout pas le même contexte. Entre temps, Paris est arrivé en finale de Ligue des champions et ça met un peu d'assurance, il n'y a plus cette pression de passer absolument ce 8e. Et puis entre temps le Barça aussi s'en est mangé quelques unes de 'remontadas'".

"La remontada c'était incroyable, c'était à Barcelone, il y avait du monde, un arbitre qui n'a pas vraiment aidé les Parisiens, poursuit l'homme de 53 ans. Il n'y avait pas Neymar qui était de l'autre côté, il n'y avait pas Mbappé (...) Ça n'a absolument rien à voir et agiter ce spectre n'a aucun sens". Verdict mercredi 10 mars, au plus tôt sur les coups de 22h50.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/