3 min de lecture Coupe du Monde

Pays-Bas - France : les Bleus d'octobre ne sont plus les mêmes qu'en mars

DÉCRYPTAGE - Les Bleus reviennent à Amsterdam ce lundi 10 octobre, 7 mois après une victoire en amical, en affichant des changements notables.

Dimitri Payet le 25 mars 2016 face aux Pays-Bas
Dimitri Payet le 25 mars 2016 face aux Pays-Bas Crédit : PIERRE RAPHAEL/SIPA
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

Vendredi 25 mars 2016, l'équipe de France se rend à Amsterdam afin de défier les Pays-Bas en match amical à quelques semaines de la liste des 23 qui allaient disputer l'Euro 2016 en France. Les Bleus l'ont emporté 3-2 avec des buts de Matuidi, Giroud et Griezmann, dont un coup franc direct du joueur de l'Atlético et une prestation notable de Dimitri Payet. Plus de 6 mois plus tard, la France revient dans l'antre de l'Ajax avec un statut de finaliste de l'Euro, et un groupe France qui a sensiblement changé sur le terrain

Les Bleus version octobre 2016 ont des faux-airs de version plus offensive, bien qu'en réalité elle est plus stable et équilibrée. Si l'on se réfère au 11 qui a débuté face à la Bulgarie et qui ressemblera fort à celui qui défiera les Oranje, ce lundi 10 octobre, les prises de pouvoir se dessinent distinctement, ainsi que l'évolution tactique de Didier Deschamps.  

Griezmann prend le pouvoir et met fin au 4-3-3

Lors de la rencontre de mars 2016, les Bleus affichaient une équipe séduisante, avec un Giroud régulier, un Griezmann qui devenait un cador européen et Dimitri Payet en fusion avec West Ham. Au milieu, on pensait le trio Diarra-Matuidi-Pogba complémentaire et amené à stabiliser la France lors de l'Euro. Depuis, Didier Deschamps le pragmatique a changé son fusil d'épaule sur quelques points, à commencer par le cœur du jeu. Ainsi, Lassana Diarra est plus occupé à gérer son avenir en club et semble très éloigné des Bleus, et surtout l'option à deux milieu axiaux prend de l'ampleur. Le 4-4-2 (ou 4-2-3-1) a éclot durant l'Euro, afin de faire de la place au joueur devenu depuis le match de mars le meilleur joueur des Bleus. 

Antoine Griezmann a terminé meilleur joueur et buteur de l'Euro, après avoir porté l'Altlético en finale de la Ligue des champions. Régulier, impactant, décisif, le natif de Mâcon s'est rendu indispensable et a montré qu'il rendait cette équipe meilleure quand il était au cœur du jeu et libre de ses mouvements. Sans heurts, sans aucune revendication, Griezmann a pris le pouvoir via le terrain, sans déclarations tapageuses. Il fait l'unanimité autour de lui et il sait combiner avec les joueurs disposés autour de lui.

France-Pays-Bas, la France doit confirmer son statut de favori
France-Pays-Bas, la France doit confirmer son statut de favori Crédit : Maxime Carignano / RTL

Des latéraux enfin offensifs, Sissoko le totem de Deschamps

À lire aussi
Les États-Unis ont été battus par l'Australie (98-94) ce samedi 24 août Australie
Basket : les États-Unis perdent leur premier match depuis 2006

Cette équipe a ainsi sans doute trouvé un autre équilibre, avec une belle capacité à développer du jeu offensif, à commencer par ses nouveaux latéraux, capables d'apporter plus d'impact dans les phases d'attaque. Layvin Kurzawa est ainsi le remplaçant de Patrice Evra depuis la rentrée des Bleus début septembre. Le joueur du PSG apporte de l'activité et des montées, bien qu'il doive apprendre à être plus lucide dans ses choix d'engagement offensif. De l'autre côté, Djibril Sidibé émerge. Convoqué dans les réservistes pour l'Euro 2016, le Monégasque a montré de belles choses des deux côtés du terrain et son expérience avec l'ASM en Ligue des champions lui donnera du crédit et de l'expérience. 

Didier Deschamps présentera donc une équipe un peu rajeuni mais plus talentueuse sans verser dans le football total pour autant. Car le petit plus, l'homme providentiel de "DD" est Moussa Sissoko. Placé dans le couloir droit, il est une garantie de repli et de volume de jeu à même de ne pas trop ouvrir d'espaces aux adversaires. Avec un milieu Pogba-Matuidi porté vers l'avant, Sissoko sait jouer les pistons et les pompiers si besoin, tout en perçant les lignes adverses. Le garant d'un 4-4-2 idéal aujourd'hui, le meilleur système pour ces Bleus-là. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coupe du Monde Équipe de France de football Didier Deschamps
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants