3 min de lecture Ligue 1 Conforama

OM : pourquoi l'équipe est condamnée à s'affaiblir, même en cas de podium

ÉCLAIRAGE - Après la conférence de presse de Villas-Boas mercredi 15 janvier, il semble quasiment inévitable que l'Olympique de Marseille s'affaiblisse en fin de saison. Voire avant.

Bouna Sarr, Valère Germain, Morgan Sanson, Valentin Rongier et Boubacar Kamara avec Marseille le 8 décembre 2019
Bouna Sarr, Valère Germain, Morgan Sanson, Valentin Rongier et Boubacar Kamara avec Marseille le 8 décembre 2019 Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

Les fans de l'Olympique de Marseille avaient certainement la gueule de bois ce jeudi 16 janvier. Pourtant, leur club de cœur se porte on ne peut mieux en étant classé deuxième de Ligue 1 et filant grand train afin d'accrocher une qualification en Ligue des champions en fin de saison. Mais la conférence de presse de la veille a refroidi une partie des ardeurs olympiennes. 

Alors que le président Jacques-Henri Eyraud a annoncé l’arrivée au club de Paul Aldridge en tant que conseiller spécial, chargé de faciliter la vente de joueurs sur le marché anglais, André-Villas Boas a été invité à donner son avis à ce sujet. "C'est au président de justifier ce choix. Je ne pense pas en tout cas que ça facilite les ventes vers les clubs anglais, mais bon...", a ainsi réagi froidement l'entraîneur portugais. 

L'arrivée de Paul Aldridge est un désaveu pour le directeur sportif du club, Andoni Zubizarreta, que la direction du club trouve insuffisant en matière de vente de joueurs. Une conséquence que Villas-Boas a bien comprise, et il s'est empressé de faire passer un message claire : "Comme je l'ai dit, je suis venu ici pour ma relation avec Andoni Zubizarreta". Il a aussi rappelé qu'il avait laissé en route un gros contrat en Chine afin d'aller faire le Dakar. 

Le pari des trentenaires a été perdu

En sous-texte, André Villas-Boas indique ainsi que son destin est lié à celui de son directeur sportif, et non à un contrat ou une possibilité de perdre de l'argent en démissionnant. Plus tard, il a laissé entendre que si Paul Aldridge démantèle le groupe olympien dès le mercato hivernal, "AVB" pourrait faire ses valises même en cas de bons résultats à la fin de la saison.

À lire aussi
Neymar, ici le 22 septembre 2019, est le joueur le mieux payé de la Ligue 1 Ligue 1 Conforama
Neymar, Mbappé, Depay... Les plus gros salaires de Ligue 1

Car même qualifié en Ligue des champions, l'OM ne pourrait présenter une équipe renforcée, la priorité du propriétaire Franck McCourt étant d'abord d'équilibrer les comptes, avec la vente de plusieurs joueurs devenus bankable à la faveur de la saison actuelle.

Ainsi, L’Olympique de Marseille pourrait se retrouver affaibli même après une saison couronnée d'une qualification à la lucrative Champions league. Mais il faut dire que le club se retrouve acculé par le fair-play financier de l'UEFA, et subit des années de mauvais choix et de mauvaise gestion.

Depuis l'arrivée de l'actionnaire américain, Marseille a dépensé quelque 200 millions d'euros en transferts, afin de recruter des joueurs trentenaires à l'image d'Adil Rami, Luiz Gustavo, Dimitri Payet ou encore Kevin Strootman, pour espérer vite tutoyer les sommets de la L1. Aucun de ces choix ne s'est avéré judicieux d'un point de vue sportif et surtout financier. 

Vendre dès cet hiver pour le fair-play financier ?

Strootman et son salaire colossal sont un boulet économique, surtout par rapport au rendement sportif. Payet est un joueur intermittent, acheté 30 millions d'euros avec un salaire XXL. Quant aux deux autres joueurs cités, ils ont quitté le club en rapportant peu voire pas d'argent. Car acheter des trentenaires au prix fort vous prive de facto d'une quelconque plus-value à la revente.

Les dépenses olympiennes engendrent donc de forte pertes, près de 80 millions en 2017-2018, et sans doute dans les 60 millions en 2019 selon L'Équipe. Face à l'organe de l'UEFA, très froid et capable de sanctions comme l'exclusion des coupes d'Europe, le board marseillais va être contraint de vendre les bijoux de la couronne. Il est pris à la gorge, et même le dos au mur.

Ainsi, si le club garde son effectif intact à la fin du mois de janvier et termine sur le podium, Marseille devra quand vendre avant le 30 juin et date de la clôture des comptes, dont il faudra fortement limiter des pertes déjà inévitables. Un délai extrêmement court, d'autant que l'Euro viendra geler le mercato jusqu'à la mi-juillet. Seule solution alors, vendre dès le mercato d'hiver. Et espérer des miracles avec les faibles moyens lors des prochaines fenêtres de transferts. Décidément, les périodes de sérénité sont très courtes du côté du Vélodrome. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ligue 1 Conforama Olympique de Marseille
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants