1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. OM : le point sur l'enquête cinq jours après les incidents à la Commanderie
1 min de lecture

OM : le point sur l'enquête cinq jours après les incidents à la Commanderie

ÉCLAIRAGE - Des perquisitions ont été menées jeudi 4 février dans la matinée, dans les locaux de deux groupes de supporters, sur les six que compte l'Olympique de Marseille.

Devant le centre d'entraînement de l'OM le 31 janvier 2021
Devant le centre d'entraînement de l'OM le 31 janvier 2021
Crédit : NICOLAS TUCAT / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune

La justice n'en a pas fini avec les supporters de l'OM qui ont attaqué le centre d'entraînement de La Commanderie, samedi 30 janvier, entraînant le report du match prévu en soirée face à Rennes. 14 personnes ont été jugées lundi 1er février. Mais l'enquête continue et deux perquisitions ont été menées jeudi 4 février dans la matinée, dans les locaux de deux groupes de supporters, sur les six que compte l'Olympique de Marseille. 

C'est la suite logique de l'enquête puisque les policiers marseillais cherchent toujours les organisateurs de cette manifestation qui a dégénéré en mini-émeute. Parmi les groupes visés, celui des South Winners 87 est le plus important en terme d'adhérents. Dans leur local de la Belle de Mai, les enquêteurs ont saisi plusieurs ordinateurs. Perquisition également chez les Commando Ultra, un groupe cité à plusieurs reprises au tribunal correctionnel car certains des prévenus interpellés à la Commanderie y ont déjà eu leur carte.

Les six groupes de supporters de l'OM représentent environ 25.000 abonnés. Tous ont co-signé mercredi 3 février une tribune où ils regrettent les violences commises au centre d'entraînement mais où ils revendiquent la paternité de cette action, avec les risques de dissolution que cela représente. Ils promettent aussi de continuer le combat quoi qu'il arrive tant qu'ils n'auront pas obtenu le départ du président Jacques-Henri Eyraud. L'OM est toujours assis sur un baril de poudre.

Le maire veut vendre le Vélodrome

Par ailleurs, le nouveau maire de Marseille, Benoît Payan, a annoncé sa volonté de vendre le stade Vélodrome. "C'est une gabegie financière", dit-il. Les derniers travaux, avec l'installation d'une toiture, avaient coûté 268 millions d'euros.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/