3 min de lecture Décès

Mort de Michel Hidalgo : comment il est devenu une légende des Bleus

Michel Hidalgo est décédé ce jeudi 26 mars à l'âge de 87 ans. Il restera éternel après avoir écrit parmi les plus belles pages des Bleus, notamment celles de Séville 1982 et l'Euro 1984.

>
Michel Hidalgo, légendaire sélectionneur des Bleus, est mort Crédit Image : AFR | Crédit Média : Philippe Sanfouche | Durée : | Date :
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

Il n'y a pas de recette pour entrer dans la légende. Si un fait marquant inscrit un personnage dans l'Histoire, la légende est affaire d'émotions. Et c'est en donnant à des supporters de l'équipe de France sevrés que Michel Hidalgo y est arrivé. Par le football donc, auquel il a choisi d'adjoindre l'esthétique, une forme d'art sur le terrain. 

Son équipe a fait pleurer les Français, d'abord de colère et de tristesse un soir de 8 juillet 1982, avant de les faire chavirer de joie le 27 juin 1984. En effet, s'il est à jamais le premier à avoir gagné un titre avec les Bleus, il leur aura fait vivre une épopée en 1982, dont la fin triste engendrera l'une de ces émotions qui marquent, et qui rendent une trace indélébile. 

Mais dès le 23 mai 1978, à la veille du départ pour le Mondial en Argentine, Michel Hidalgo va vivre une histoire hors du commun. Sa femme et lui sont enlevés par un groupe d'opposants à la dictature militaire du général Videla. Mais Hidalgo ne s'en laisse pas compter et arrive à désarmer l'un des deux ravisseurs, qui prennent la fuite. 

Le "carré magique"

La légende de Hidalgo, c'est celle de la génération Platini, qu'il guide vers le cœur des supporters par un jeu basé sur l'offensive. Très tôt, il confie le jeu à celui qui deviendra le plus grand joueur français de tous les temps. En 1981, dos au mur, les Bleus des deux Michel battent les Pays-Bas le 18 novembre, sur un coup franc de celui qui jouait alors à Saint-Étienne. 

À lire aussi
Luis Fernandez à la droite de Michel Hidalgo le 27 juin 1984 équipe de France de football
Mort de Michel Hidalgo : "Ça fait mal, très très mal", confie Luis Fernandez

Au milieu de terrain, le sélectionneur annonçait déjà la couleur avec un milieu de terrain Platini-Giresse-Genghini. Trois "numéros 10" dans le cœur du 4-3-3. Lancée vers la Coupe du Monde 1982 qui se déroule en Espagne, la France arrive en demi-finale face à la RFA, championne d'Europe en titre. Le match deviendra mythique au stade Sanchez Pizjuan de Séville. Si bien que chaque Français où il se trouvait le 8 juillet 1982. 

Le niveau technique est exceptionnel, la France aligne la première version de son "carré magique" avec Platini-Giresse-Tigana-Genghini, derrière le duo Rocheteau-Six. Littbarski ouvre le score, mais Platini lui répond. Ce dernier lance peu avant l'heure de jeu Battiston en profondeur, qui se fait violemment percuter par le gardien Schumacher. Trois dents cassées, une commotion cérébrale et le joueur des Bleus sort du terrain, la main tenue par Platini. 

France-RFA, une défaite de légende

Sur le banc, Michel Hidalgo n'en croit pas ses yeux, l'arbitre ne signale pas faute. Schumacher ne prend pas de carton. En prolongation, les supporters croient en un karma favorable, avec les Bleus qui mènent 3-1 grâce à Trésor et Giresse. La douche n'en sera que plus froide. La "nuit de Séville" bascule du rêve au cauchemar. La France perd aux tirs au but, la première séance de l'histoire d'une Coupe du Monde.

Hidalgo, plus de 30 ans après, criait encore au scandale arbitral. Mais le scénario fait entrer ses acteurs dans l'inconscient populaire, les rediffusions de la rencontre suscitent encore des débats, et on espère toujours que la fin sera différente. En vain. L'émotion, même si elle est tristesse et colère, fait entrer dans la légende lorsqu'elle est collective. 

>
Equipe de France, Mondial 1982 : France-RFA (3-3), aussi tragique que magique, résumé I FFF 2013

Le lendemain, le journal L'Équipe titrait : "Fabuleux". Pour une défaite. Mais c'était plus que ça. Les Bleus entrent alors dans deux années de préparation de ce qui sera un accomplissement. À domicile, la France va conquérir l'Euro en 1984 sur les ailes d'un Michel Platini meilleur buteur avec 9 réalisations. Hidalgo lui, maintient un "carré magique" où Luis Fernandez a pris la place de Bernard Genghini. 

À jamais le premier

La France gagne, elle domine en phase de poules, mais elle vivra un match difficile en demi-finale, un stade de compétition sur lequel elle a buté en 1958 et 1982. Mais cette fois ça passe. Au bout de la prolongation, à Marseille, Tigana s'arrachera pour servir Platini qui met le Portugal à terre

La France est libérée, elle file en finale et s'offre l'Espagne pour le premier titre de son histoire. Enfin la France pleure de joie, elle essuie les larmes de Séville et Hidalgo est porté en triomphe par ses joueurs. Platini était le maestro, Hidalgo l'architecte, un entraîneur "humaniste" dira de lui Michel Platini sur RTL ce jeudi 26 mars, jour du décès de Michel Hidalgo

>
1. Euro 1984 : la première conquête des Bleus Crédit Image : RTL Originals | Crédit Média : RTL Originals | Durée : | Date :

Dans les colonnes de L'Équipe, en réaction à son décès, le numéro 10 mythique dira de son sélectionneur qu'il "était un créateur d'émotions". Et en 9 ans, il en à engendré tant qu'il restera éternel, légendaire. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Décès Équipe de France de football
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants