3 min de lecture Mondial féminin

France-USA : Morgan, Rapinoe, Lloyd... Les Américaines dont il faut se méfier

ÉCLAIRAGE - Avant le quart de finale, focus sur trois des favorites de la compétition, qui ont de quoi inquiéter les joueuses de Corinne Diacre.

Alex Morgan et Megan Rapinoe avec les États-Unis le 24 juin 2019 à Reims
Alex Morgan et Megan Rapinoe avec les États-Unis le 24 juin 2019 à Reims Crédit : FRANCK FIFE / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

La tâche s'annonce compliquée, mais elle est loin d'être impossible. Vendredi 28 juin, la France affronte les États-Unis, favorites de la compétition, en quart de finale de la Coupe du Monde féminine de football.

"C'est le match de référence que tout le monde attendait depuis le tirage au sort. Inconsciemment, tout le monde avait ça derrière la tête, d'où la pression qu'il y a pu avoir sur le dernier match (contre le Brésil)", a expliqué Philippe Joly, l'entraîneur-adjoint des Bleues, quelques jours avant le choc tant attendu.

Il faut dire que les Américaines sont les plus titrées au monde. Elles ont gagné 4 fois les Jeux Olympiques et ont été championnes du monde à 4 reprises et sont d'ailleurs les tenantes du titre. Mais leur parcours dans ce Mondial, et notamment leur 8e de finale mitigé contre l'Espagne laisse de l'espoir aux Françaises, qui font elle aussi partie des prétendantes au titre.

Alex Morgan, l'attaquante star

Mais elle devront néanmoins se méfier de certaines joueuses en particulier, et notamment d'Alex Morgan. À 29 ans, elle est une exception dans le football féminin. Ses revenus publicitaires et ses contrats de sponsoring sont sans comparaison avec ses coéquipières et adversaires, et elle affiche plus d'abonnés sur les réseaux sociaux que le roi Pelé et d'autres grands noms du football.

Mais la Californienne, co-capitaine de la "Team USA", préfère qu'on retienne d'elle ses buts et ses combats, ou encore ses livres pour adolescentes, adaptés à la télévision par le géant Amazon. Celle qui est passée par l'OL (entre 2016 et 2017) est devenue le mois dernier la septième joueuse américaine à dépasser les 100 buts en sélection et n'entend pas s'arrêter là : elle a déjà fait mouche à cinq reprises depuis son arrivée en France pour porter son total à 106 buts en 165 matchs.

À lire aussi
Le journaliste de Fox News a été entouré d'anti-Trump Mondial féminin
VIDÉO - Coupe du Monde : un reporter de Fox News se retrouve entouré d'anti-Trump

L'attaquante d'Orlando a un compte à régler avec la Coupe du monde : pour sa première participation, en 2011, elle était arrivée en équipe des États-Unis sur la pointe des pieds et n'avait pas pu empêcher la défaite en finale de son équipe face au Japon (2-2 a.p., 3 t.a.b à 1). 

Megan Rapinoe, la capitaine décisive et engagée

C'est grâce à son doublé contre l'Espagne (2-1), que les Américaines ont décroché leur billet pour les quarts de finale. La joueuse de Seattle, qui honorait sa 156e sélection, a ainsi marqué ses 46e et 47e buts avec la Team USA.

Megan Rapinoe, qui fêtera ses 34 ans la semaine prochaine, a encore prouvé son importance pour l'équipe américaine, qui pour la première fois du Mondial 2019 n'a pas été souveraine dans cette rencontre.

À l'origine de la procédure en justice des joueuses contre la Fédération américaine de football pour obtenir l'égalité des salaires hommes/femmes et mettre fin aux discriminations, Megan Rapinoe avait déjà obtenu une petite victoire il y a quelques jours avec l'annonce d'un accord de médiation entre les deux parties pour éviter un procès. 

Libérée de ce fardeau, elle a délivré son meilleur football sur la pelouse du stade Auguste-Delaune et a porté son équipe sur ses épaules, avec l'autre milieu Rose Lavelle. 

La légende Carli Lloyd

Membre la plus âgée de la "Team USA", Carli Lloyd est aussi la plus expérimentée avec 276 sélections. Sacrée deux fois meilleure joueuse du monde en 2015 et 2016, celle qui a inscrit un doublé contre le Chili en phase de poules se sent "plus forte que jamais, notamment mentalement".

Après ce match, la joueuse du Sky Blue Football Club avait notamment déclaré : "J'ai réinventé tout mon jeu ces trois ou quatre dernières années. Je suis plus affûtée que jamais".

Sa performance contre le Chili lui a d'ailleurs permis de devenir la première joueuse à marquer consécutivement lors de six matches de Coupe du monde. Une statistique qu'elle aurait encore pu améliorer si elle n'avait pas raté un penalty en toute fin de rencontre. 

Si sa place de titulaire n'est pas garantie, l'état d'esprit de Carli Lloyd devrait en inspirer plus d'une. "Peu importe que je débute ou que j'entre en cours de jeu, j'essaie d'avoir un impact. J’essaie juste de donner le meilleur. Je veux gagner", affirme-t-elle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mondial féminin Coupe du Monde Équipe de France féminine de football
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797920188
France-USA : Morgan, Rapinoe, Lloyd... Les Américaines dont il faut se méfier
France-USA : Morgan, Rapinoe, Lloyd... Les Américaines dont il faut se méfier
ÉCLAIRAGE - Avant le quart de finale, focus sur trois des favorites de la compétition, qui ont de quoi inquiéter les joueuses de Corinne Diacre.
https://www.rtl.fr/sport/football/france-usa-morgan-rapinoe-lloyd-les-americaines-dont-il-faut-se-mefier-7797920188
2019-06-28 07:01:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/m_--zxbPQun-AF940wEGhw/330v220-2/online/image/2019/0627/7797935605_alex-morgan-a-gauche-et-megan-rapinoe-portent-cette-equipe-des-etats-unis.jpg