2 min de lecture Euro 2016

Euro 2016 : Pogba éteint la polémique, Sissoko se montre

DÉCRYPTAGE - Étincelant en première période contre la Suisse (0-0), le Turinois a fait taire les critiques. Titulaire, le joueur de Newcastle s'est mis en évidence.

Paul Pogba frappe au but, dimanche 19 juin
Paul Pogba frappe au but, dimanche 19 juin Crédit : Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA
Sébastien Martins

Remplaçant face à l'Albanie (2-0) mercredi 16 juin, Paul Pogba avait créé la polémique en réalisant un supposé bras d'honneur sur le deuxième but de Dimitri Payet. Contre la Suisse (0-0), dimanche 19 juin, le milieu de la Juventus a mis tout le monde d'accord. Le joueur de 23 ans a haussé très clairement son niveau de jeu. Une prestation qui va très probablement mettre fin à la polémique le visant. Étincelant durant les quarante cinq premières minutes, Paul Pogba a touché la barre transversale de Yann Sommer à deux reprises (12e et 17e). 

Le natif de Lagny-sur-Marne a très clairement pris le jeu à son compte. Positionné côté gauche dans le milieu à trois, il a semblé plus à l'aise que lors des deux premiers matches. À la Juventus, il est habitué à évoluer sur ce côté avec Patrice Evra dans son dos. C'est peut-être une des raisons qui explique la bonne performance de Paul Pogba. Son entente avec Kingsley Coman a également permis à l'équipe de France de se créer plusieurs occasions. Seul point négatif, l'ancien de Manchester United a été moins influent en seconde période, à l'image de son équipe.

Service

La charnière centrale rassure

L'autre grosse satisfaction de la soirée se nomme Moussa Sissoko. Titularisé à la place de Blaise Matuidi, le milieu de terrain de Newcastle a énormément apporté. Sa puissance et sa capacité à percuter ont permis aux Bleus de se projeter rapidement vers l'avant et de se créer plusieurs occasions. Auteur d'une magnifique percée côté droit, l'ancien Toulousain aurait pu être à l'origine de l'ouverture du score si la reprise de Dimitri Payet n'avait pas heurté la barre transversale (76e).

La défense dans son ensemble a également rassuré. Si les deux rencontres contre la Roumanie (2-1) et l'Albanie (1-0) ont été plutôt tranquilles, l'arrière-garde tricolore a été un peu plus sollicité face à la Nati. Pas de quoi perturber les joueurs de Didier Deschamps qui ont été sereins. La charnière centrale Rami-Koscielny, qui intriguait beaucoup en début de tournoi, n'a pas été en difficulté face à Shaqiri, Embolo et Mehmedi. Un très bon point avant le 8ème de finale qui attend la France, dimanche 26 juin à Lyon, contre un troisième de groupe (C, D ou E).

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Euro 2016 Équipe de France de football Didier Deschamps
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants