7 min de lecture FC Barcelone

EN IMAGES - FC Barcelone : 8 noms pour remplacer Luis Enrique

L'entraîneur du Barça depuis 2014 quittera son poste en fin de saison. D'Arsène Wenger à Roberto Martinez en passant par Laurent Blanc, voici huit candidats potentiels à sa succession.

Le futur ex-entraîneur du Barça Luis Enrique le 1er mars 2017 Crédits : LLUIS GENE / AFP | Date : 02/03/2017
9 >
Le futur ex-entraîneur du Barça Luis Enrique le 1er mars 2017 Crédits : LLUIS GENE / AFP | Date : 02/03/2017
Arsène Wenger mardi 29 septembre 2015 Crédits : AFP/G.Kirk | Date : 30/09/2015
Mauricio Pochettino aux côtés de Dele Alli le 23 février 2017 Crédits : Fosker/BPI/Shutterstock/SIPA | Date : 02/03/2017
Jorge Sampaoli le 8 octobre 2015 Crédits : MARTIN BERNETTI / AFP | Date : 26/03/2016
Ernesto Valverde avec l'Athletic Bilbao le 20 mars 2016 Crédits : Bagu Blanco/BPI/Shutter/SIPA | Date : 02/03/2017
Eduardo Berrizo avec l'OM face au Monaco de David Trezeguet le 7 novembre 1999 Crédits : PASCAL GUYOT / AFP | Date : 02/03/2017
Ronald Koeman avec Everton le 11 février 2017 Crédits : Greig Cowie/BPI/Shutter/SIPA | Date : 02/03/2017
Laurent Blanc félicite Luis Enrique à l'issue du quart de finale retour de Ligue des champions le 21 avril 2015 Crédits : AFP/Q.Garcia | Date : 24/04/2015
Thierry Henry et Roberto Martinez avec la Belgique le 29 août 2016 Crédits : FREDERIC SIERAKOWSKI/ISOP/SIPA | Date : 02/03/2017
1/1
Gregory Fortune
Gregory Fortune
Journaliste RTL

Hormis son président, il a pris tout le monde par surprise, y compris ses joueurs. Nommé entraîneur du FC Barcelone le 19 mai 2014, Luis Enrique quittera son poste en fin de saison. L'intéressé a fait part de sa décision, "bien soupesée, méditée", mercredi 1er mars, dans la foulée d'un succès (6-1) du Barça contre Gijon qui relance complètement la course au titre, le Real Madrid ayant été tenu en échec par Las Palmas (3-3). À 13 journées de la fin de la saison, Lionel Messi et ses coéquipiers possèdent un point d'avance sur les hommes de Zinédine Zidane avec un match de plus au compteur.

Ancien du joueur de la maison blaugrana (1996-2004) après avoir porté les couleurs de l'ennemi madrilène (1992-1996), Luis Enrique, 46 ans, restera l'homme d'un "nouvel âge d'or", selon les mots du défenseur catalan Gerard Piqué. Sous sa coupe, le Barça a remporté huit titres sur dix possibles depuis 2014, renouant avec la victoire en Ligue des champions en 2015, quatre ans après le dernier succès conquis par Pep Guardiola dans l'épreuve reine européenne.

À l'en croire, l'usure du poste est la principale raison de ce retrait. Luis Enrique met en avant "la manière" dont il vit "cette profession. Cela signifie pour moi très peu d'heures de repos et de déconnexion". Son contrat s'achevait en juin et il avait jusque-là refusé de se prononcer sur une éventuelle prolongation. Mais sa décision a peut-être été influencée par la déroute subie mi-février en 8es de finale aller de Ligue des champions à Paris (4-0), qui a fragilisé son statut sur le banc même s'il reste un match retour à disputer mercredi 8 mars.

L'ancien entraîneur de l'AS Rome et du Celta Vigo croît d'ailleurs possible un renversement de situation, "avec l'aide de tout le monde et si les astres s'alignent". Quelle que soit l'issue de cette rencontre, il promet que son engagement sera total" durant les trois derniers mois de la saison. Mais déjà se pose la question de son successeur. Voici une liste non exhaustive de profils potentiels.

Arsène Wenger

À lire aussi
Enrique Setién Solar avec le Betis Séville à Rennes le 14 février 2019 Espagne
FC Barcelone : qui est "Quique" Setien, le successeur d'Ernesto Valverde ?

Puisqu'il s'est exprimé le premier sur le sujet, plaçons le technicien français de 67 ans en haut de cette liste. Encore sous le feux des critiques après la déroute d'Arsenal sur la pelouse du Bayern Munich (5-1) en Ligue des Champions, Arsène Wenger sera lui aussi en fin de contrat en juin prochain. Ses dirigeants mettront-ils fin à une aventure de plus de 20 ans ? Lui ne souhaite qu'une chose : rester.

"Je ne cherche pas de postes dans d'autres clubs", a-t-il assuré jeudi 2 mars lors d'une conférence de presse au centre d'entraînement d'Arsenal. "Je me concentre sur moi-même, sur le fait de m'améliorer et sur ce que je pourrais faire de mieux pour me réinventer (...) Mais bien sûr, je suis assez objectif et lucide pour prendre la meilleure décision pour moi-même et pour le club. Le club est libre de prendre la décision qu'il veut et je la respecterai".

Mauricio Pochettino

Lui aussi évolue dans un club de Premier League, à Londres. Défenseur passé par le PSG, Bordeaux et l'Espanyol Barcelone, où il a commencé sa carrière d'entraîneur, Mauricio Pochettino officie depuis 2014 sur le banc de Tottenham, après une saison à Southampton. Jeune (44 ans), proche de Marcelo Bielsa, l'Argentin représente l'avenir de la profession. 

Si son palmarès est vierge en tant que coach et qu'il a échoué à qualifier les Spurs pour les 8es de finale de la Ligue des champions dans le groupe de Monaco cette saison, Pochettino est considéré en Angleterre. 3e du championnat réputé le plus compétitif du monde en mai dernier, son équipe se trouve en position de dauphin de Chelsea à 12 journées de la fin cette saison.

Jorge Sampaoli

Avec celui d'Ernesto Valverde (voir ci-dessous), voilà le nom qui revient le plus dans la presse espagnole ces derniers temps en cas de départ de Luis Enrique. Jamais passé professionnel avec le Newell's Old Boys, cet autre Argentin s'est forgé une belle réputation en Amérique du Sud avant de rejoindre l'Espagne et le Séville FC l'été dernier.

8e de finaliste du Mondial 2014 avec le Chili (battus aux tirs au but par le Brésil, pays hôte) en sortant au passage l'Espagne tenante du titre en poules, l'homme aujourd'hui âgé de 56 ans conduit sa sélection à la victoire en Copa America l'année suivante. En Andalousie, il assume parfaitement la succession d'Unai Emery. Le Séville FC est 3e en Liga, largement devant l'Atlético de Madrid, et 8e de finaliste en Ligue des champions (victoire 2-1 à l'aller contre Leicester).

Ernesto Valverde

Beaucoup moins connu du grand public, Ernesto Valverde est en poste à l'Athletic Bilbao depuis 2013. Une longévité rare en Liga, auréolé d'une 4e place qualificative pour la Ligue des champions en 2014, une 7e en 2015 et une 5e l'an passé. C'est la meilleure période dans l'histoire récente de ce club qui a la particularité d'aligner uniquement des joueurs basques. 

Sacré champion de Grèce à trois reprises avec l'Olympiakos en 2009, 2011 et 2012, le technicien de 53 ans possède la particularité de bien connaître Barcelone. Joueur du Barça de 1988 à 1990, il a aussi porté les couleurs de l'Espanyol (1986-1988), qu'il a ensuite entraîné (2006-2008). En Espagne, il est aussi passé sur les bancs de Villareal et Valence.

Eduardo Berrizo

Ce nom rappellera aux supporters de l'OM et aux amateurs du championnat de France en général la saison 1999-2000. Depuis, l'ancien défenseur a embrassé la carrière d'entraîneur en Argentine (Estudiantes), au Chili (Club Deportivo O'Higgins) et depuis 2014 au Celta Vigo, où il a succédé à un certain Luis Enrique. 9e à son arrivée, le club galician n'a cessé de progresser pour se hisser aux 8e et 6e places ces deux dernières saisons, avec un succès de prestige 4-1 sur le Barça en septembre 2015.

Qualifié pour l'Europa League, le Celta Vigo de Berrizo peut s'enorgueillir d'être le dernier représentant espagnol encore en lice. Tombeur du Shakhtar Donetsk en 16es, le club de l'ancien Lyonnais Claudio Beauvue se frottera au FK Krasnodar en 8es

Ronald Koeman

20 mai 1992. Fondé en 1899, le Barça compte déjà à son palmarès 11 titres de champion d'Espagne, 22 Coupes nationales et trois Coupes des vainqueurs de Coupe. Mais pas encore de Ligue des champions (à l'époque Coupe d'Europe des clubs champions), malgré deux finales en 1961 et 1986. Ce soir là, sur la mythique pelouse de Wembley, Ronald Koeman la lui offre pour la première fois.

D'un puissant coup franc aux 30 m resté dans la légende du club et de la compétition, le milieu néerlandais fait plier Gianluca Pagliuca et la Sampdoria de Gênes en prolongation (112e). Koeman reviendra à Barcelone en tant qu'adjoint de Louis Van Gaal entre 1998 et 2000. Depuis, il vole de ses propres ailes, a été sacré champion des Pays-Bas en 2002, 2004 et 2007. Depuis 2014, il se fait remarquer avec de très bons résultats en Angleterre, avec Southampton puis Everton cette saison (7e).

Laurent Blanc

Si les dirigeants du Barça, adeptes en la matière, souhaite de nouveau installer un ancien joueur apprécié de la maison sur le banc, lui est libre depuis son éviction du PSG en juin dernier. Convoité par les plus grands clubs européens, Laurent Blanc opte pour le FC Barcelone en 1996, au sortir d'un doublé Coupe-championnat avec Auxerre.

Johan Cruyff remercié le jour même de son arrivée, l'aventure ne se passe pas idéalement. Le "président" parvient à regagner une place de titulaire après une blessure en début de saison. Privé de la finale de la Coupe des coupes remporté face au PSG en raison d'un nouveau pépin physique, il quitte la Catalogne après 38 rencontres. Son objectif : disputer le plus de matches possible en vue du Mondial 1998. Pari gagné avec l'OM.

Devenu entraîneur en 2007 avec Bordeaux, Blanc y décroche un titre de champions de France deux ans plus tard, puis conduit les Girondins en quarts de finale de Ligue des champions. Avec Paris, il atteint de nouveau ce stade à trois reprises. Insuffisant aux yeux des dirigeants qataris, qui lui préfèrent Unai Emery en juin dernier. Sur la scène nationale, en revanche, c'est du quasi-parfait : trois titres de champion, autant de Coupe de la Ligue et deux Coupes de France.

Roberto Martinez

Dernier nom qui revient dans la presse ibérique, celui de l'actuel sélectionneur de la Belgique, depuis 2016. Né en Espagne, cet ancien milieu de terrain s'est surtout construit une réputation au Royaume uni, tant comme joueur que comme entraîneur. Il fait d'abord grimper Swansea de la 4e à la 2e division en deux saisons, puis maintient Wigan en Premier League durant trois saisons et décroche la Coupe d'Angleterre en 2013.

Considéré comme l'un des meilleurs à son poste, il rejoint Everton en 2013, parvenant à décrocher la 5e place devant Tottenham ou Manchester United pour sa première année. La suite ne se déroule pas avec autant de succès, ce qui n'empêche pas la Fédération belge de lui filer les clefs des Diables Rouges à l'issue d'un Euro décevant. Avec Thierry Henry à ses côtés, Roberto Martinez remporte ses quatre premiers matches en vue du Mondial 2018. Dès lors, il est difficile de l'imaginer quitter le navire, même en cas d'offre alléchante du Barça.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
FC Barcelone Liga Espagne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants