3 min de lecture Mondial féminin

Coupe du Monde féminine 2019 : Sarah Bouhaddi, gardienne malgré elle

PORTRAIT - Souvent critiquée, elle s'est imposée comme étant la titulaire en équipe de France au poste le plus difficile du football féminin.

Sarah Bouhaddi avec les Bleues au Havre le 19 janvier 2019
Sarah Bouhaddi avec les Bleues au Havre le 19 janvier 2019 Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Maxime Desvallées
Journaliste

Sarah Bouhaddi est née le 17 octobre 1986 à Cannes (32 ans). Elle commence le football plutôt tardivement, à l'âge de 10 ans, dans le club du SC Mouans-Sartoux, au nord de sa ville natale. D'abord joueuse de champ, elle devient gardienne de manière atypique lors d'un tournoi de Pâques alors que le portier de l'époque s'était blessé. Résultat ? Elle est désignée meilleure gardienne de ce tournoi.

Dès lors, elle s'impose dans les cages avec une progression est rapide. Trois années après avoir débuté le football, Sarah Bouhaddi rejoint le FC Mougins puis l'OS Monaco. Et à 14 ans, tous les efforts de la jeune fille d'origine algérienne sont récompensés quand elle signe au plus réputé des centres de formation : Clairefontaine (CNFE).

Une aubaine pour la gardienne, puisque l'équipe du centre de formation évolue en Division 1, la première division nationale. Elle peut donc continuer à se former tout en s’acclimatant au monde professionnel. Le début d'une longue et riche carrière.

1. Son parcours en club

Après son passage au centre de formation le plus émérite, Sarah Bouhaddi signe au club du FC Toulouse en 2005. Dans la ville rose, elle réalise la saison qui la révèle aux yeux du championnat de France alors que le club termine cinquième puis quatrième du championnat.

À lire aussi
Le journaliste de Fox News a été entouré d'anti-Trump Mondial féminin
VIDÉO - Coupe du Monde : un reporter de Fox News se retrouve entouré d'anti-Trump

Des performances remarquées qui la permettre d'être repérée et recrutée par le FCF Juvisy, sacré champion de France lors de la saison 2005-2006, alors qu'elle a seulement 20 ans. Et après trois ans dans la banlieue parisienne, elle rejoint enfin l'Olympique Lyonnais, la meilleure équipe de France. 

Au sein du club rhodanien, le palmarès de la gardienne prend une dimension XXL. Dix sacre de championne de France, six victoires en Ligue des champions et sept titres en Coupe de France.

J’aimerais connaître une nouvelle aventure dans un autre championnat

Sarah Bouhaddi
Partager la citation

Mais dix ans après son arrivée entre Rhône et Saône, et malgré une carrière qui semble être à son apogée, la joueuse a des envies d'ailleurs. En octobre 2018, dans les colonnes de L'Équipe, elle confiait une nouvelle fois avoir "l'envie de partir de Lyon". "Le club et moi, on s’est beaucoup apporté mutuellement mais j’aimerais connaître une nouvelle aventure dans un autre championnat, apprendre une langue, découvrir une culture différente", disait-elle également au magazine Planète Lyon. 

En ligne de mire ? Le championnat américain, véritable référence sur la scène féminine. "c'est un rêve d'enfant de jouer dans le pays du football, où les stades sont pleins", disait-elle alors.

2. Son parcours en sélection

Sarah Bouhaddi effectue ses débuts en Bleues avec les équipes jeunes. D'abord avec la sélection des moins de 19 ans, puis avec les moins de 20 ans.En 2003, elle remporte le championnat d'Europe des moins de 19 ans avec à ses côtés de futures autres grandes joueuses comme Gaëtan Thiney ou encore Élodie Thomis.

La jeune gardienne n'attend pas longtemps avant d’être sélectionnée avec l’équipe de France. À 20 ans, elle apparaît sous le maillot frappé du coq le 21 février 2004, lors d'une rencontre amicale face à l'Écosse.
Depuis cette date, Sarah Bouhaddi s'est imposée comme étant la titulaire indiscutable au poste de gardienne, sous les ordres de Bruno Bini, de Philippe Bergerro, où de Corinne Diacre. Si cette dernière a, un temps, gardé le suspense, Sarah Bouhaddi gardera bien les cages tricolores lors de cette Coupe du Monde.

3. En réponse aux critiques

Un poste de gardienne ouvertement critiqué de nombreux observateurs. Comparées à leurs homologues masculins, les gardiennes pêchent physiquement entraînant régulièrement des relances ou des sorties aériennes hasardeuses auxquelles il faut également ajouter certaines "boulettes" évitables...

Mais ne vous y trompez pas, Sarah Bouhaddi demeure l'une des plus grandes joueuses à son poste actuellement décrochant même le titre de meilleure gardienne du monde en 2016 et 2017, selon l'organisation d'études historiques et statistiques sur le football (IFFHS). Rien que ça.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mondial féminin Équipe de France féminine Coupe du Monde
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants